Other Agency
 
Article
commentaires
Coupe d'Europe

Poule 5: Toulouse, l'habitué

Poule 5: Toulouse, l'habitué

Par Rugbyrama
Dans cet article
Par Rugbyrama - Le 08/10/2009 à 15:21
Six équipes françaises dans la compétition, six poules. Avant le début de la Coupe d'Europe ce week-end, notre site propose une présentation de chaque groupe avec un zoom sur l'ambition du club hexagonal et un autre sur ses trois adversaires. Cinquième épisode avec la poule de Toulouse.

L'ambition de Toulouse:

Seul quart de finaliste français l'an dernier, Toulouse ne peut viser plus bas cette saison. Accéder au tableau final de la H Cup est un minimum pour le triple champion d'Europe. Lors du tirage au sort, les Rouge et Noir ne semblaient pas franchement parmi les plus gâtés en comparaison de Biarritz ou de Paris. Mais leurs trois adversaires ne sont pas au mieux en ce début de saison et un Toulouse à son niveau a les moyens de passer (voir plus bas). Evidemment, la formation de Guy Novès ne semble pas encore au point après neuf journées de Top 14. Mais elle a pour elle l'expérience. Reste à savoir si la situation actuelle du club en championnat (5e) ne poussera pas l'entraîneur stadistes à reléguer la Coupe d'Europe au second plan de ses priorités. Pour Vincent Clerc, le ton sera donné dès le premier match face à Sale. "On n'a pas eu beaucoup de sérénité en Coupe d'Europe l'année dernière et si on veut briller dans cette compétition il faut être performant sur la durée, mais surtout dès le départ".

Les adversaires:

Sale: L'équipe a été pas mal bouleversée avec les départs de la colonie française et d'une série de cadre (White, McAlister, Lamont). Malgré une victoire initiale contre Leicester, les premiers résultats en championnats ne sont pas fameux. On a l'impression que ces Sharks vont naviguer loin du niveau qui était le leur depuis cinq ans sous la houlette de Philippe Saint-André.

Cardiff: Vainqueurs de Toulouse en quart de finale puis éliminés aux tirs au but par Leicester au printemps, les Cardiff Blues se positionnent comme de sérieux outsiders. Les vainqueurs de la coupe anglo-galloise possèdent deux des meilleurs joueurs du monde, au centre et en troisième ligne: la pépite Jamie Roberts et l'inamovible Martyn Williams, sans oublier le perforateur Tom Shanklin ou le métronome Gareth Cooper. Mais leur difficile entame de saison (une victoire), marquée par les blessures, inquiète.

Harlequins: Les Londoniens ont été secoués par l'affaire du "faux-saignement". Ils ont commencé le championnat sans véritable entraîneur après la suspension de Dean Richards et les résultats ne sont pas formidables (une victoire en cinq matchs). Ils auront du mal à s'extraire d'une poule difficile. Leur pack risque d'être un peu léger pour les matchs difficiles. Leur recrutement a manqué de relief.