Icon Sport

L'Usap cherche l'équilibre

L'Usap cherche l'équilibre
Par Rugbyrama

Le 11/10/2010 à 16:38Mis à jour Le 11/10/2010 à 17:11

Très grosse déception dans les rangs de Perpignan après la défaite sur la pelouse des Scarlets de Llanelli (43-32) samedi. La défense de l'Usap a volé en éclat en l'espace de vingt minutes. Une véritable désillusion alors que le secteur offensif montre des signes d'amélioration.

C'est un événement qui est passé inaperçu en raison de la déception. Pourtant, Perpignan, battu sur la pelouse des Scarlets, a marqué son premier point de bonus de la saison. Et offensif qui plus est. Mieux, les Catalans ont inscrit cinq essais en 80 minutes, un véritable record cette saison pour les hommes de Jacques Brunel. Pas suffisant pour effacer l'amertume d'une défaite au terme d'un match particulier : "C'est très curieux. Je n'ai pas le souvenir d'un match comme celui où quatorze ou quinze essais auraient pu être marqués. C'est complètement fou". Incrédule, le trois-quarts centre David Marty l'était aussi à la fin de la rencontre : "Nous prenons quarante points mais tu as toujours l'impression que tu peux gagner". Les Catalans ont compté neuf occasions d'essais en leur faveur, sans oublier les tentatives de but manquées, dont la dernière qui aurait pu offrir un double bonus.

Brunel: "Moins de complicité"

La défaite s'explique alors par une défense qui a volé en éclats, le jour où l'attaque retrouvait des couleurs. Des errances qui sont plutôt rares chez les vice-champions de France. Jacques Brunel était lui aussi assez surpris des erreurs commises par ses joueurs : "Nous avons montré des lacunes, non pas dans l'envie ou sur l'homme, mais dans notre organisation collective. Nous sommes l'une des meilleures défenses françaises sur les trois dernières saisons. Et j'ose croire que tout n'a pas été perdu. Je ne veux pas revenir sur cet aspect des choses mais, en raison de nos problème d'effectif, nous ne pouvons pas travailler dans de bonnes conditions. Les joueurs ont donc moins de complicité. Je pense que nous allons subir cette situation jusqu'à fin novembre". En attendant, Perpignan va continuer de marcher sur un fil, cherchant l'équilibre entre un secteur offensif en progrès et une défense parfois inquiétante. Face à Trévise, à Aimé-Giral, les Catalans devront trouver le bon compromis pour rester encore en course dans cette coupe d'Europe.

Retrouvez ce lundi dans Midi Olympique toutes les analyses et les réactions sur la rencontre entre Llanelli et Perpignan.

0
0