Magnus LUND - Octobre 2010 - Bath Rugby - Biarritz Olympique - Icon Sport
 
Article
commentaires
Coupe d'Europe

Biarritz, le moment de vérité

Biarritz, le moment de vérité

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 16/10/2010 à 10:35 -
Par Rugbyrama - Le 16/10/2010 à 10:35
Hauteur d’un probant succès à Bath lors de la première journée, Biarritz veut confirmer contre l’Ulster. Une victoire ouvrirait grandement les portes des quarts de finale aux Basques. Fébriles en début de saison, ils évoluent actuellement en grande confiance mais devront rester sur leurs gardes.

En s’imposant à Bath, Biarritz est en position de force avant de recevoir l’Ulster dimanche. Les Basques ont en effet remporté un match à l’extérieur face à un concurrent direct pour la première place. Celle-ci se jouera à trois puisqu’on est en droit d’éliminer d’ores et déjà les Aironi, qui n’ont pas remporté le moindre succès sur la scène européenne. Dès lors, la venue des Irlandais de l’Ulster à Aguiléra constitue un tournant majeur dans la saison de Biarritz. Une victoire avant une double confrontation face aux Italiens d’Aironi permettrait aux hommes de Gonzalez de cavaler en tête de leur poule. Et de remplir en partie l’objectif initial fixé par le club : les quarts de finale. "Le fait d'avoir gagné à Bath nous a très bien positionnés, c’est vrai, ça nous permet d’avoir les cartes en main. Maintenant, notre objectif est de jouer un quart de finale", souligne le troisième ligne international, Imanol Harinordoquy. Avant de préciser : "Et surtout de recevoir. Cela veut dire finir premier de la poule et donc gagner dimanche contre l'Ulster. Ce sera déjà un match capital pour la suite".

Méfiance de rigueur

Dernière équipe invaincue d’Europe, l’Ulster viendra avec des ambitions. Elle aussi vise la première place qualificative dans le sillage d’un effectif enrichi de plusieurs Sud-Africains dont notamment le demi de mêlée Ruan Pienaar. "C'est une équipe rigoureuse et très bien organisée, qui adapte son schéma de jeu offensif à la défense de l'adversaire. On les a vu évoluer à la vidéo de différentes manières. C’est une équipe très solide à l'impact, qui plaque haut, qui subit rarement et qui ne se consomme pas dans les rucks. Ils ont un premier rideau très efficace, une très bonne conquête et un très bon contre en touche", constate Harinordoquy. "C’est aussi une équipe bien structurée derrière, autour de Paddy Wallace", reconnait dans Midi Olympique l’entraîneur des avants Jean-Michel Gonzalez.

Bref, les Biarrots se méfient. Toute la confiance engrangée depuis un mois ne leur fait pas oublier qu’un dérapage à domicile serait préjudiciable. Si le BOPB a relevé la tête après quelques soubresauts débuts septembre, Harinordoquy ne veut pas faire de plans sur la comète. "Je sens qu'on n'est pas encore une grande équipe. Le fait d'être dans un certain confort aujourd'hui avec ces victoires me fait un peu peur et je sens qu'on a besoin d'être en danger pour donner le meilleur. On a encore besoin de grandir". Contre l’Ulster, Biarritz saura s’il a évolué dans le bon sens. Les Biarrots partent avec l’avantage des pronostics puisque l’Uslter n’a jamais gagné sur le sol français en quatorze rencontres…