Coupe d'Europe

Toulon à l'heure H

C'est grâce à un essai de l'ailier anglais Paul Sackey, à seulement deux minutes de la fin de la rencontre, que Toulon a remporté le premier match de son histoire en Coupe d'Europe face aux Ospreys (19-14). Même s'il a souffert, le club varois a parfaitement lancé sa campagne continentale.

 
Toulon à l'heure H  - Rugby - Coupe d'EuropeIcon Sport
 

Alors certes, les Toulonnais sont loin d’avoir présenté leur visage le plus séduisant ce samedi après-midi mais Mayol pouvait-il rêver d'un meilleur scénario pour la première représentation du RCT en H Cup ? Ainsi, les Varois étaient tout de même menés de cinq points (9-14) à moins d’un quart d’heure du terme de la rencontre après un essai de Shane Williams (64e), le génial ailier gallois auteur d’une inspiration aussi ingénieuse qu’efficace le long de la ligne de touche. Et c’est sous la pression que les joueurs du manager Philippe Saint-André ont livré leur plus belle partition du jour. En effet, dans les ultimes minutes, ils ont enfin pris le jeu à leur compte, dominé dans tous les compartiments et surtout investi les 30 mètres adverses. Une prise d’assaut qui a d’abord accouché d’une pénalité de Jonny Wilkinson (75e), des 22 mètres en coin, qui permettait aux supporters de rêver encore…

C’est finalement à la 78e minute que la délivrance est intervenue. L’essai, marqué en coin, est signé Paul Sackey mais assurément, c’est encore "Sir Wilko" qui a été décisif sur cette action magnifique. Après une belle redoublée, il fixait deux défenseurs adverses avant d’effectuer une passe sautée en direction de son ailier et compatriote anglais. Presque une offrande… Pourtant, les Varois ont longtemps souffert, les Varois ont parfois bafouillé leur rugby, les Varois ont souvent été sanctionnés, notamment au sol. Une heure d'incertitude avant de se lâcher enfin... En ce sens, ils ont profité du manque de réussite du buteur des Ospreys, Dan Biggar, auteur d’un maigre trois sur huit dans ses tentatives au pied sur l’ensemble du match.

Wilko, Fernandez-Lobbe et la jeunesse varoise

Les locaux pensaient certainement avoir réalisé une bonne opération en regagnant les vestiaires, à la pause, sur un score de parité (6-6). Pourquoi ? Tout simplement parce que le mistral méditerranéen, plutôt violent ce samedi, soufflait dans les dos gallois durant le premier acte et promettait de porter les initiatives toulonnaises pendant le second. Mais les acteurs locaux sont alors tombés dans une sorte de fébrilité ambiante. Résultat : des maladresses plutôt inhabituelles, une multitude de mauvais choix et de nombreuses fautes au sol de la part des Varois.

A l’arrivée, ce sont les hommes forts du RCT qui ont sonné la révolte, que ce soit Wilkinson encore excellent gestionnaire ou Fernandez-Lobbe qui a toujours mis son équipe dans le sens de la marche. Plus inattendu, la jeune garde toulonnaise, entrée à l’heure de jeu, a su apporter le zest de fraîcheur qu’il manquait au reste des troupes, à l’image du talonneur Mickaël Ivaldi (20 ans) et du demi de mêlée Laurent Magnaval (19 ans), très en vue en fin de rencontre. Et voilà un nouveau souhait du président Mourad Boudjellal réalisé. Non seulement Toulon est parvenu à revenir sur le devant de la scène nationale, mais aujourd’hui, le RCT est en passe de s’inviter dans le gratin du rugby européen. Reste néanmoins à le confirmer dès le week-end prochain au Munster, où il faudra être bien plus précis et appliqués pour espérer...

 - Rugbyrama
 
 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |