AFP
 
Article
commentaires
Coupe d'Europe

Ibanez, roi d'Europe

Ibanez, roi d'Europe

Par Eurosport
Par Eurosport - Le 20/05/2007 à 15:45
Emmenés par un monstrueux Raphaël Ibanez, les London Wasps ont remporté la H Cup en battant Leicester (19-9), dimanche, à Twickenham. Auteur d'un essai, à l'origine de l'autre, le capitaine du XV de France a permis aux guêpes de remporter un deuxième titr

L'erreur est réparée. Le palmarès en club de Raphaël Ibanez n'est enfin plus vierge de trophées majeurs. Après 14 ans au plus haut niveau, trois demi-finales de championnat de France perdues et deux européennes, le capitaine de l'équipe de France est champion d'Europe. Une juste récompense à 34 ans pour un homme qui compte cinq Tournois et une finale de Coupe du monde sur son CV d'international. Evidemment, le joueur français n'était pas seul sur le terrain face à 15 Tigers affamés et en quête de triplé européen mais Ibanez a marqué un essai après avoir été à l'origine du premier.

A ce niveau de la compétition, c'est plutôt remarquable. Comme la filouterie dont le Français a fait preuve sur les deux touches dans les 22m qui ont amené les essais. La première, jouée courte, permet à Reddan de filer à l'essai. Sur la seconde, le Français effectue la même combinaison avec son demi de mêlée qui lui renvoie l'ascenseur en le propulsant en terre promise. On se doutait que les Wasps avaient minutieusement préparé cette finale après trois semaines sans compétition - et une défaite devant... Leicester (40-26) - mais à ce point, sûrement pas.

A trois sur Tuilagi

Les Londoniens ont parfaitement joué le coup tactiquement. Et sur toute la partie. Jamais les joueurs de Leicester n'ont été en mesure de développer leur jeu, à l'image du Samoan Tuilagi, héros de la finale de Premiership mais parfaitement muselé par deux, voire trois joueurs à chacune de ses accélérations. Petit à petit, les Tigers se sont découragés, multipliant les fautes de main et les mauvais choix, oubliant des surnombres. Même Andy Goode n'a pas rendu une feuille de stats au pied à 100% comme il en a souvent l'habitude.

Pendant ce temps-là, Alex King, l'ouvreur des Wasps, n'était pas plus adroit (4/8) mais son équipe tenait suffisamment la baraque, notamment en défense, pour qu'il n'ait pas à le regretter. Après une saison en demi-teinte en championnat (5e), les Wasps corrigent le tir avec ce titre continental. Il leur permet d'obtenir une qualification pour la prochaine édition, confirmée peu avant le coup d'envoi par l'ERC. Il leur permet aussi de poursuivre leur invincibilité contre Leicester dans les matches à élimination directe. C'était le jour. Comme celui de Raphaël Ibanez.