Icon Sport

Clermont - Toulon (29-9), l'antisèche : Toulon est en fin de cycle, c'est évident

L'antisèche : Toulon est en fin de cycle, c'est évident

Le 02/04/2017 à 19:42Mis à jour Le 02/04/2017 à 19:56

CHAMPIONS CUP - Jamais Toulon n'a été en mesure d'inquiéter Clermont ce dimanche et sa défaite 29-9 est plus que logique. Triple vainqueur en 2013, 2014 et 2015, le RCT échoue pour la seconde fois de suite en quart de finale. Avec des joueurs totalement en bout de course. Bref, des choses vont devoir bouger à Toulon. Notre antisèche.

Le jeu : Toulon n'a fait que défendre

Disons le tout de suite : ce Clermont - Toulon a été le quart de finale le plus terne de cette édition 2017. Autant les trois autres affiches ont été plaisantes sur le plan du jeu, autant le match au Michelin a frôlé l'ennui total. Une guerre des tranchées, un combat féroce dans les rucks et une formation de Toulon qui s'est contentée de défendre. Mais cette stratégie est bien trop insuffisante pour espérer remporter une telle rencontre européenne. Clermont, lui, a su rester propre et efficace sans pour autant être génial. Mais sa victoire est totalement méritée.

Noa Nakaitaci (Clermont) face à Toulon - 2 avril 2017

Noa Nakaitaci (Clermont) face à Toulon - 2 avril 2017Icon Sport

Les joueurs : Lamerat en forme, Trinh-Duc n'a eu aucun poids

Après un Tournoi des 6 nations encourageant, Camille Lopez et Rémi Lamerat ont su tirer leur épingle du jeu. Le premier a pesé offensivement avec 2 franchissements, 3 défenseurs battus, un drop et une passe décisive pour l'essai de Nakaitaci ; le second nommé s'est démené aux quatre coins du terrain et a posé beaucoup de problèmes à la défense varoise. Sevré de ballons, Noa Nakaitaci s'est pourtant montré très intéressant sur chacune de ses actions. Match solide pour la troisième ligne Yato - Lee - Chouly.

Côté toulonnais, les déceptions sont légion. À commencer par un François Trinh-Duc totalement transparent. L'ouvreur international a nettement perdu don duel à distance avec Lopez. Duane Vermeulen a eu un déchet énorme avec notamment 3 ballons perdus. Guilhem Guirado n'a pas eu son rendement habituel avec des carences en défense et en touche. Laurent Delboulbes a pour sa part subi en mêlée fermée. S'il faut sortir un homme du lot, on citera Romain Taofifenua.

Le tweet "prise de judo"

La stat : 1

La carrière de Damian Penaud débute bien. Très en vue en Top 14, il a connu ce dimanche sa première feuille de match en Coupe d'Europe. Et s'il n'a pas bénéficié d'un temps de jeu considérable pour montrer son talent (9 minutes), il en a profité pour marquer son premier essai en Champions Cup. Une sacrée première.

La décla : Guilhem Guirado (Toulon)

" On a moins maîtrisé notre phase de poules que l'an passé. A nous de savoir remporter nos matches à domicile. Cela fait deux ans qu'on se déplace en quarts de finale et deux ans qu'on se casse les dents."

La question : Une claque bienvenue pour Toulon ?

Clairement, cette défaite met en avant la grosse baisse de niveau du RCT. Cette équipe n'a plus rien à voir avec le groupe qui concassait un à un ses adversaires, au point de remporter trois titres consécutifs sur la scène européenne. Le match de ce dimanche au Michelin en est la preuve parfaite. Toulon s'est contenté de défendre. Sur le plan offensif, ce fut le néant total. On se demande même encore si le RCT a investi une fois les 22m de l'ASM. C'est dire.

Juan Smith (Toulon) face à Clermont - 2 avril 2017

Juan Smith (Toulon) face à Clermont - 2 avril 2017Icon Sport

Sur le plan individuel, trop de joueurs semblent en bout de course. Drew Mitchell n'a plus la tête à Toulon, Juan Smith est en difficulté... Les Habana, Nonu voire Halfpenny n'ont rien à voir avec les joueurs d'il y a quelques années. Et les leaders sont quasiment inexistants. Mourad Boudjellal en est bien conscient et ses piques régulières à l'encontre de ses joueurs ne sont pas anodines. L'après Laporte a aussi été mal géré avec les couacs Dominguez et Ford.

Bref, Toulon va devoir tourner une page. Dans l'immédiat tout d'abord afin d'assurer une place en phases finales en Top 14, ce qui sera tout sauf une évidence. Puis l'an prochain avec l'arrivée de Fabien Galthié. Avec cette défaite à Clermont, le RCT sait désormais ce qu'il doit faire : reconstruire un groupe et retrouver un jeu. Tout comme Toulouse. Deux monuments du rugby français dont le destin semble actuellement bien lié. Surtout après leurs performances de ce week-end...

0
0