Icon Sport

Champions Cup - Toulon : Pour le RCT, le contre-la-montre débute vendredi à Sale

Pour Toulon, le contre-la-montre débute ce vendredi à Sale

Le 21/10/2016 à 09:32

CHAMPIONS CUP - Toulon ne pouvait pas plus mal commencer sa campagne européenne. Le revers à domicile face aux Saracens (23-31) oblige les Varois à courir après les points perdus. Et dans l'optique de la qualification, la victoire est déjà indispensable vendredi soir à Sale.

Dos au mur. Après leur défaite à domicile face aux Saracens (23-31), les Toulonnais n'ont plus le choix. "On est conscient que si on ne gagne pas à Sale, on sera éliminé", exposait un Diego Dominguez réaliste ce mardi. Voilà qui ferait tâche, cependant, surtout que cette Coupe d'Europe fait toujours figure d'objectif pour les Varois. "Désormais, il nous reste cinq finales à disputer pour atteindre les quarts. Si on gagne les cinq, ce sera très bien. Quand on regarde les éditions précédentes, avec 20 points on est qualifiés. Sinon, il faudra aller chercher des bonus", résumait à son tour Juan Martin Fernandez Lobbe.

Ainsi, avec ce revers initial, le RCT a mis le curseur "pression" au plus haut. Mais les Varois connaissent bien cette situation pour l'avoir vécue la saison passée, après la lourde défaite face aux Wasps (32-6) lors de leur premier match dans la compétition. S'en était suivie une course poursuite pour finalement arracher une deuxième place, dans une poule au niveau certainement plus élevé que celle de cette année.

François Trinh-Duc un genou à terre après Toulon - Saracens - 15 octobre 2016

François Trinh-Duc un genou à terre après Toulon - Saracens - 15 octobre 2016Icon Sport

Se servir du vécu de l'an passé

Tous les espoirs ne sont donc pas perdus. Même si de nouveaux joueurs sont arrivés, qu'un nouveau staff a été mis en place, cette course poursuite devrait servir pour appréhender les prochains rendez-vous. "L'an passé, on a su rebondir pour gagner les cinq derniers matches et se qualifier. On espère faire la même chose cette année en s'appuyant sur l'expérience et le vécu de l'équipe", analysait Bryan Habana.

Mais pour aller à la chasse aux points, ce Toulon va devoir corriger ses lacunes. Car si certains trous d'air restent sans conséquence en Top 14, ce n'est pas le cas à l'échelle continentale. "A ce niveau, quand tu fais des erreurs tu le paies cash, notamment en défense, comme on a pu le faire en première période face aux Saracens où on fait trois fautes et on prend trois essais. Depuis le début de l'année, on a déjà fait les mêmes erreurs face au Racing où on prend également trois essais en peu de temps. On travaille pour que ça n'arrive plus", détaillait le manager toulonnais. Toulon doit également gagner en régularité pour éviter ce genre de mésaventure.

Diego Dominguez - octobre 2016

Diego Dominguez - octobre 2016Icon Sport

Trouver de la constance pour espérer

Depuis le début de saison, rares ont été les rencontres pleines et abouties des Varois, qui n'ont également pas réussi à lancer une série. "On manque de constance. Parfois, personne ne peut nous arrêter mais à d'autres moments, on peut prendre trois essais en quelques minutes", abondait Lobbe. Mais si tous les voyants ne sont pas au vert, Toulon conserve cependant quelques motifs d'espoir.

La déception de Juan Martin Fernandez Lobbe (Toulon) face aux Saracens

La déception de Juan Martin Fernandez Lobbe (Toulon) face aux SaracensIcon Sport

Tout n'était pas à jeter face aux Saracens. Le staff et les joueurs expliquaient vouloir s'appuyer sur ce qui avait fonctionné pour préparer la suite, et notamment la deuxième mi-temps face aux Anglais. "En seconde période, on a mis la main sur le ballon et on marque des essais. On gagne 17-6 en deuxième mi-temps alors qu'en première on a perdu 25-6. Si on joue comme ça, on peut affronter toutes les équipes. Mais il faut avoir la constance pour le faire dès la première minute", concluait Diego Dominguez.

0
0