AFP

CHAMPIONS CUP - Saracens-Toulon (10-3) : Le RCT a livré un gros combat et verra les quarts de finale

Toulon a livré un gros combat et verra les quarts de finale

Le 21/01/2017 à 18:56

CHAMPIONS CUP - Toulon a ramené le bonus défensif de son déplacement chez les Saracens ce samedi (10-3). Un point qui suffit au bonheur du RCT, assuré de sa qualification pour les quarts de finale en tant que meilleur deuxième. Les Sarries recevront eux leur quart.

Le RCT est allé chercher sa qualification avec le glaive et la lance et le petit point de bonus défensif obtenu après une très rude bataille suffit à son bonheur (10-3). Face à un champion d’Europe déjà qualifié mais soucieux d'obtenir la meilleure affiche possible en quarts, les Varois ont gagné leur sésame grâce à une seule pénalité d’Halfpenny dans le dernier quart d’heure (67e), qui leur permet de terminer à sept points des Anglais. Avant cela, les Sarries avaient inscrit le seul essai de la rencontre par Ashton (59e). Ils recevront eux leur quart de finale.

Que se serait-il passé si Josua Tuisova n’avait pas commis une erreur d’écolier au moment de planter une banderille d’entrée de jeu aux Sarries (9e) ? Impossible de répondre à cette question même si cinq points, et peut-être deux de plus avec la qualité au but de Leigh Halfpenny, auraient été tout sauf un luxe dans ce match au couteau entre l’ex-triple Champion d’Europe et celui qui lui a succédé.

Josua Tuisova (Toulon) échappe le ballon dans l'en-but face aux Saracens - 21 janvier 2017

Josua Tuisova (Toulon) échappe le ballon dans l'en-but face aux Saracens - 21 janvier 2017Icon Sport

Après avoir eu deux essais refusés à la vidéo dans les dix premières minutes (3e, 9e), le RCT a pris l’option du bras de fer en faisant confiance à son triptyque Gorgodze - Vermeulen - Bastareaud pour gagner des mètres. Pas la meilleure nouvelle qui soit pour Habana et Tuisova, en chômage technique sur leur aile après les dix premières minutes, mais une stratégie qui a payé au final.

Ashton a bien failli coûter cher à son futur club

Comme le Racing la saison dernière en finale de la Champions Cup, Toulon a longtemps tapé contre mur. Même avec ses perforateurs les plus puissants, le RCT n’a pas souvent mis à mal le rideau de fer des Saracens, bien heureux de se retrouver dans une configuration qu’ils maîtrisent à la perfection. Nigel Owens ne l’a a pas beaucoup aidé non plus, se montrant bien plus prompt à récompenser les contestes d’Itoje et consorts que ceux, pas moins bien exécutés, de Guirado, Chilachava ou Bastareaud. Qu’on l’aime ou qu’on ne l’aime pas, ce dernier a par ailleurs réalisé une grosse partie dans le style qui est le sien.

Hasard des choses, c’est un futur Toulonnais, Chris Ashton, qui a bien failli précipiter la chute du RCT, ou du moins le plonger dans l’attente interminable du résultat de Leicester - Glasgow. Son essai (67e) l’a tenu écarté du bonus défensif durant six minutes. Le temps pour les avants varois d’offrir à Leigh Halfpenny sa première munition du match, à un peu plus de 40 mètres.

Pas de quoi s’enorgueillir pendant des semaines mais suffisant pour obtenir ce que les Rouge et Noir, au fond d’eux, espéraient le plus. Une première montagne a été franchie ce samedi, une autre pointe au loin, avec un déplacement chez un autre cador du continent. Et cette fois, une pénalité ne suffira pas à aller plus loin.

0
0