Icon Sport

Barrage Champions Cup - Après leur premier sacre européen, les Parisiens auront-ils les crocs ?

Après leur premier sacre européen, les Parisiens auront-ils encore les crocs ?

Le 18/05/2017 à 14:07

CHAMPIONS CUP - Vainqueur de la Challenge Cup, le Stade français retrouve Cardiff ce vendredi à Jean-Bouin (18 heures) en match de barrage de la Champions Cup. Mais les Parisiens auront-ils digéré le premier titre européen de l’histoire du club et retrouvé leur motivation pour ce dernier défi ?

Posé fièrement sur la table de la conférence de presse, le trophée de la Challenge Cup tire un peu la gueule et semble cuver une bonne virée écossaise. En début de semaine, les joueurs du Stade français portaient eux-aussi les stigmates d’un premier sacre européen décroché au BT Murrayfied Stadium face à Gloucester (25-17).

Mais si les jambes étaient lourdes, la fiesta d’Edinburgh a échappé à un torrent d’excès. "Bien sûr, les joueurs sont fatigués par l’intensité de la finale et sont en train d’essayer de transpirer tout ce qu’ils ont bu mais il y a beaucoup d’enthousiasme", souligne Gonzalo Quesada. "On craignait qu’il y ait beaucoup de relâchement après toutes ces semaines d’effort physique et émotionnel. On a été agréablement surpris. On pensait sincèrement que ça allait être plus dur. On n’a pas trop à en rajouter".

Quesada : "Si on arrive en disant 'on est champions', on peut passer une sale soirée"

Il est vrai que le dernier défi du club parisien ne demande pas trop d’épiloguer. Opposé à Cardiff ce vendredi à Jean-Bouin en match de barrage de la Champions Cup, le Stade français a l’occasion de terminer sa saison en fanfare. Mais la motivation sera-t-elle vraiment en rendez-vous après la délivrance de ce sacre en Challenge Cup ?

Sergio Parisse et Gonzalo Quesada (Stade français)

Sergio Parisse et Gonzalo Quesada (Stade français)Icon Sport

"Il y a une vraie motivation", assure le directeur sportif argentin. "Je suis sûr qu’avec l’enjeu d’une qualification en Champions Cup, les crocs vont apparaître… Notre devoir est de partir en laissant le club jouer la Champions Cup. Ce groupe est toujours motivé pour vivre quelque chose de sympa. Peu importe l’objectif de ce match… ils ont envie de continuer à jouer ensemble".

Gabrillagues : "S’il y a une bonne nouvelle (concernant le repreneur), ça rajoutera un supplément d’âme pour ce match..."

Eliminé en quart de finale de la Challenge Cup par Gloucester (46-26), Cardiff se présentera avec quasiment toutes ses forces mais sans son capitaine Sam Warburton. Un temps annoncé forfait pour préparer la Tournée des Lions britanniques et irlandais en Nouvelle-Zélande, le troisième ligne et capitaine gallois est bien absent.

L'explosion de joie de Paul Gabrillagues (Stade français)

L'explosion de joie de Paul Gabrillagues (Stade français)Icon Sport

"On va jouer une équipe qui n’a pas eu la chance comme nous de réussir un des objectifs de la saison", prévient Quesada. "Ils auront cet appétit en plus. On sait à quel point la Champions Cup est importante pour les Anglo-Saxons. C’est une équipe très en place physiquement, en termes d’organisation. Ils sont capables de mettre un volume de jeu énorme. Notre challenge est d’être à 200% pour cette opposition. Si on arrive en disant 'on est Champions', on peut passer une sale soirée".

Le repreneur du Stade français connu dans les prochaines heures ?

Alors que l’essentiel de cette semaine a été basée sur la décompression du titre et l’analyse vidéo de l’attaque des Blues, une nouvelle pourrait très certainement sublimer les joueurs parisiens : l’annonce du repreneur et les contours du nouveau projet du Stade français ! "On attend tous la nouvelle avec impatience", confie le deuxième ligne Paul Gabrillagues alors qu’une annonce pourrait être faite dans les prochaines heures. "On espère tous une bonne nouvelle. S’il y a une bonne nouvelle, ça rajoutera un supplément d’âme pour ce match…"

0
0