Icon Sport

Champions Cup - S'il veut se qualifier, le RCT va devoir apprendre à oublier sa "Giteau dépendance"

S'il veut se qualifier, le RCT va devoir apprendre à oublier sa "Giteau dépendance"

Mis à jourLe 09/01/2016 à 16:33

Publiéle 09/01/2016 à 16:25

Mis à jourLe 09/01/2016 à 16:33

Publiéle 09/01/2016 à 16:25

COUPE D'EUROPE - Alors que le RCT joue son avenir européen avec trois matches de Champions Cup en trois semaines, la machine Rouge et Noire devra composer sans son rouage essentiel Matt Giteau. L'Australien est écarté des terrains à cause de ses adducteurs. Coup dur.

"Matt est indisponible pour au moins les trois prochains matches. Ça va dépendre de l'évolution après l'injection" . C'est pour le moins contrarié que Bernard Laporte a annoncé l'indisponibilité de son maître à jouer Matt Giteau, ce vendredi matin. Et de poursuivre : "C'est une tuile, mais c'est comme ça. Les blessures arrivent dans une saison, même si là ça concerne un joueur phare". Toujours en délicatesse avec ses adducteurs, le génial australien est forcé d'être au repos et va recevoir une infiltration dans les prochains jours.

Un mal récurent chez lui, puisqu'il s'est déjà fait opérer la saison passée à la même époque. "Ce n'est visiblement pas une pubalgie, mais la douleur l'empêche de courir. Dès qu'il joue, à la mi-temps, il est complètement diminué. Il a fini la saison comme ça, lors du match face au Stade français. La douleur remonte à la rencontre à Marseille face au Leinster et elle s'est réveillée lors de la demi-finale de Coupe du monde", a rappelé Laporte.

Le centre australien Matt Giteau concentré lors du match entre l'Austalie et l'Ecosse - 18 octobre 2015
Le centre australien Matt Giteau concentré lors du match entre l'Austalie et l'Ecosse - 18 octobre 2015 - AFP

19 matches... une seule défaite avec Giteau

Ce n'est donc pas la meilleure nouvelle de l'année pour Toulon. Un RCT, "Giteau dépendant" serait-on tenté de dire. Les chiffres parlent d'eux-mêmes. Sur les 19 derniers matches disputés par l'Australien, Toulon n'a perdu qu'une seule fois : la fameuse demi-finale de Top 14 face au Stade français. Pour le reste, que des victoires dont les deux dernières lors de la double confrontation face au Leinster.

Au-delà des chiffres, le jeu toulonnais semble beaucoup plus huilé en présence de "Gits", à l'aise avec ses coéquipiers contrairement aux nouveaux arrivants. "Si les avants ne font pas le travail et que l'on est pas bon en conquête, Matt ne peut tout faire seul", tempérait Guilhem Guirado, il y a quelques jours. Argument recevable, mais comme le rappelait James O'Connor : "Il y a plus de confiance dans l'équipe quand Matt est sur le terrain. Il a une grande influence sur l'équipe et il est toujours présent dans les gros matches".

Quade Cooper devrait être titulaire à l'ouverture contre Pau
Quade Cooper devrait être titulaire à l'ouverture contre Pau - Icon Sport

Cooper n'a plus le choix et doit prendre le relais

Un gros match, c'est justement ce qui attend le RCT dimanche avec la réception de Bath. Mais également lors des deux prochaines semaines avec la réception des Wasps et un ultime déplacement européen pour affronter à nouveau Bath. Trois rencontres qui seront autant de finales pour espérer voir les quarts de la Champions Cup. Et ce sera donc sans Giteau. Pour le remplacer, le staff a opté pour Quade Cooper. Un choix presque par défaut, puisque Taylor a vécu une première compliquée à ce poste à Toulouse et que Frédéric Michalak n'est pas encore complètement remis de sa blessure.

Cooper, qui n'a pas encore donné la pleine mesure de son talent, a donc une grosse pression sur les épaules. "En venant ici, je savais que ce serait compliqué. Pas seulement sur le plan du rugby, c'est également un changement de vie. Je suis loin de ma famille et de mes amis mais je suis heureux de vivre cette expérience et je donne le maximum", a expliqué le Wallaby. En signant une performance à la hauteur de son talent dès dimanche, Cooper pourrait lever les doutes quant à son niveau et permettre, au moins pendant trois semaines, d'oublier (un peu) la "Giteau dépendance".

0 commentaire
Vous lisez :