Yannick Nyanga, le troisième ligne du Racing 92 - Icon Sport
Champions Cup

Champions Cup - Pour le Racing, la prolongation de l'état de grâce passe par Glasgow

Pour le Racing, la prolongation de l'état de grâce passe par Glasgow
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 08/01/2016 à 11:59 - Publié le 08/01/2016 à 11:59
Par Anthony Tallieu - Le 08/01/2016 à 11:59

COUPE D'EUROPE - Premier de Top 14 et de sa poule de Champions Cup, le Racing 92 vit actuellement sur un nuage. Une situation que les hommes du duo Travers-Labit entendent faire perdurer samedi contre les Glasgow Warriors. Une victoire leur ouvrirait quasiment les portes d'un quart de finale à domicile.

Depuis dimanche, le Racing se réveille chaque matin dans la peau d'un leader de Top 14, un sentiment qu'il n'avait plus connu depuis la saison 2009-2010. Un costume d'autant plus galvanisant qu'il contient dans sa doublure la première place du groupe 3 de Champions Cup. De quoi recevoir Glasgow, fort d'une position archi-dominante et confortable, au contraire du dernier vainqueur de la Ligue celte, huitième de son championnat et presque dans l'obligation de faire un coup à Colombes.

"Ils abattent leur dernière carte car ils ne seront pas loin d'être éliminés en cas de défaite", confirme Laurent Travers, qui, fidèle à lui-même, n'en oublie pas de mettre en avant la dangerosité de l'adversaire : "Glasgow, c'est pratiquement l'équipe d'Écosse. Et quand on voit ce qu'elle a pu faire durant la Coupe du monde...Ils ont géré leur effectif lors de leurs deux derniers matches et ils auront leur équipe-type face à nous. Ces provinces misent tout sur la Champions Cup donc on s'attend à un match très difficile".

Bernard Le Roux (Racing) - 21 novembre 2015
Bernard Le Roux (Racing) - 21 novembre 2015 - AFP

Le Roux: "Le meilleur état d'esprit que j'ai connu au Racing"

Si elle est bien négociée, cette rencontre dévoilera un boulevard large comme les Champs-Élysées aux Racingmen dans leur objectif de deuxième quart de finale à domicile d'affilée. Il leur suffirait en effet de battre la semaine suivante des Scarlets éliminés depuis belle lurette pour s'assurer la première place, ce qui permettrait au staff de faire massivement tourner lors du dernier match en Écosse.

Le grand luxe en somme pour un club qui n'a plus perdu depuis deux mois et dont la clé de la réussite actuelle se trouve aussi dans la cohésion du groupe. "L'esprit de cette équipe est excellent", abonde Bernard Le Roux, ménagé ces derniers temps mais de retour à la compétition. "C'est le meilleur depuis sept ans que je suis au Racing. Nous avons crée une ambiance formidable" . Un fait régulièrement mis en avant par les joueurs cette saison.

Laurent Travers, co-entraîneur du Racing
Laurent Travers, co-entraîneur du Racing - Icon Sport

Travers: "Ce sont les résultats qui font les troisièmes mi-temps"

Ce lien entre les hommes est certainement ce que le duo Travers-Labit a su mettre en place de plus solide depuis trois saisons qu'il bâtit ce groupe. Si le Racing n'a encore rien gagné, les deux techniciens savent que c'est une des clés majeures de la réussite, comme cela a pu être le cas l'an dernier avec le Stade français. "C'est un état d'esprit qui doit être présent du premier maillon au dernier", commente Travers.

"Tout le monde contribue à ce que l'ambiance soit bonne et on sent que c'est sain, que les joueurs sont bien entre eux et qu'ils sont heureux de se voir. Mais les résultats y aident beaucoup. Ce ne sont pas les troisièmes mi-temps qui font les résultats, ce sont résultats qui font les troisièmes mi-temps". Une victoire samedi et la bière ne manquera pas de couler à Colombes, prolongeant un peu plus encore l'état de grâce du club francilien.

0 commentaire
Ajoutez le vôtre !
 
×