Icon Sport

CHAMPIONS CUP - Face aux Wasps, Toulouse va jouer "son match le plus important" de la saison

Face aux Wasps, Toulouse va jouer "son match le plus important" de la saison

Le 14/01/2017 à 10:38

CHAMPIONS CUP - Pour assurer une place en quart de finale, le Stade toulousain n’a pas le droit à l’erreur lors de ses deux prochains matches. Il aura même besoin d’un exploit samedi sur la pelouse des Wasps…

D’abord un petit point comptable. Des trois équipes à treize points qui occupent la tête de leur poule, les Toulousains sont les seuls à ne plus avoir de joker. Appelons les Zèbre comme ça puisque le Connacht, les Wasps et le Stade toulousain, deux fois, ont tous pris le bonus offensif contre la province italienne. La marge de manœuvre est étroite mais le calendrier offre tout de même aux Toulousains la possibilité de laisser Anglais et Irlandais derrière eux : alors qu’il va les affronter successivement, le Stade "a besoin de deux victoires".

Le quadruple vainqueur de l’épreuve serait alors assuré de finir premier et ne serait pas dépendant des autres dans la quête d’une hypothétique place de meilleur deuxième. Ces calculs, les Toulousains les ont fait. "On va jouer un match de phase finale" annonce ainsi Ugo Mola, ce que confirme Dusautoir qui évoque lui "un huitième de finale, sans parachute après (sic)" tandis que pour l’arrière Maxime Médard, c’est carrément "le match le plus important de la saison".

Maxime Médard (Toulouse) face aux Wasps - Décembre 2016

Maxime Médard (Toulouse) face aux Wasps - Décembre 2016Icon Sport

Pour Mola, c’est "la meilleure équipe d’Europe actuellement "

Une fois le décor planté, le problème reste entier : pour rester maître de son destin, et jouer la première place dimanche prochain à domicile face au Connacht, le Stade toulousain aura besoin d’un exploit samedi. Vainqueur de leurs neuf matches à domicile toutes compétitions confondues, leader du championnat d’Angleterre avec 51 essais inscrits en 13 journées (!), les Wasps "sont la meilleure équipe d’Europe actuellement" juge ainsi Mola. "Une équipe qui aime garder le ballon avec la volonté de marquer et des joueurs de talent qui savent faire la différence" rajoute-t-il. C’est aussi celle qui a marqué le plus d’essais lors des vingt dernières minutes (8), dont celui du match aller dans les arrêts de jeu qui a privé les Toulousains de la victoire (20-20). "Une très grosse machine" résume Médard.

"On les avait dominé au match aller" se souvient Doussain…

Même si Toulouse n’a gagné aucun de ses quatre derniers matches contre un club anglais (3 défaites (Saracens (2) et Bath) et 1 nul), les raisons d’y croire existent. "On les avait dominé lors du match aller et on aurait dû le gagner" se rappelle ainsi Jean-Marc Doussain, qui fera son retour à l’ouverture après avoir manqué le Clasico dimanche dernier. Une rencontre qui a permis aux Toulousains "de faire le plein de confiance" annonce Dusautoir en référence aux vertus affichées dimanche sur la pelouse du Stade français, d’où les Toulousains ont ramené une victoire qu’ils espèrent fondatrice (18-15). "On a suffisamment foi en nous pour savoir que l’on peut faire quelque-chose là-bas" affirme également l’ancien capitaine des Bleus.

Ugo Mola, manager de Toulouse

Ugo Mola, manager de ToulouseIcon Sport

"Faire quelque-chose en mêlée" espère Richie Gray

Pour "le faire" les Toulousains devront être irréprochables. Et impérativement plus réalistes qu’ils ne le sont depuis le début de la saison, comme ce fut encore le cas face à Paris contre qui ils ont passé huit minutes dans les 22 mètres sans parvenir à inscrire le moindre point en première mi-temps. Pour Ugo Mola qui s’attend à un match "il faudra tenir 40 minutes de temps de jeu effectif contre 33 en moyenne en Top 14" l’idéal serait de scorer "au bout de deux occasions et pas quatre". "Oui, il faudra être beaucoup plus pragmatique car si on a autant de déchet on ne gagnera pas" prévient également Dusautoir. "Corriger ça" et appuyer là où ça fait mal : c’est le plan de Richie Gray qui cible lui la mêlée, le secteur sans doute le moins impressionnant des Wasps, "où il faudra faire quelque-chose". C’est également l’avis du staff qui compte bien se servir d’une supposée supériorité des Toulousains dans ce compartiment du jeu. Sera-ce suffisant ? "Personne ne croit en nous, mais tant mieux…" répond Doussain.

Richie Gray (Toulouse) - septembre 2016

Richie Gray (Toulouse) - septembre 2016Icon Sport

0
0