Marc Delpoux - perpignan - 6 octobre 2012 - AFP
 
Article
commentaires
Challenge Européen

Marc Delpoux (Perpignan): "On avait fait le plus dur"

Delpoux: "On avait fait le plus dur..."

Par Midi Olympique
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 28/04/2013 à 11:55 -
Par Midi Olympique - Le 28/04/2013 à 11:55
Après l'élimination de son équipe à domicile contre le Stade français en demi-finale du Challenge européen vendredi soir, Marc Delpoux, le manager de l'Usap, regrettait surtout le manque de maîtrise de ses troupes, notamment dans les dernières minutes du match. 

Cette défaite est-elle une grosse désillusion ?

Marc DELPOUX: La désillusion, elle réside dans le fait qu'on se retrouve devant au score à cinq minutes de la fin, qu'on a la possession du ballon et qu'à l'arrivée, on ne dispute même pas les prolongations. C'est le reflet de notre saison. On domine, on domine mais on ne gagne pas, on ne marque pas assez. Il y a trop de détails qui expliquent pourquoi il manque trois points au score. Cette équipe sait faire des choses compliquées, certainement les plus compliquées dans son jeu, mais elle manque encore de maîtrise sur ses temps forts et ses temps faibles. Elle a besoin de comprendre cela.

Du coup, avec cette élimination, la saison se termine dans la frustration...

M.D: La fête est gâchée car on ne voulait pas que la saison se termine aujourd'hui. D'abord par rapport à tous nos illustres anciens qui nous quittent. Et puis parce que cette équipe avait envie d'apporter encore un peu plus de plaisir au public catalan. Mais c'est comme ça. Sur la dernière pénalité de Porical, le ballon touche deux fois les barres avant de rentrer. Notre saison a été ainsi faite.

On a senti vos joueurs épuisés. Qu'en pensez-vous ?

M.D: On est court. Vahaamahina ou Mas nous ont manqués énormément. Tuilagi s'est blessé pour un long moment, Mafi aussi. On finit trop juste. Mais malgré ça, à cinq minutes de la fin, on doit gagner. Par rapport à l'investissement des joueurs, à la volonté qui est la leur, au plaisir qu'ils ont d'être sur le terrain... C'est ça qui me fait râler car on avait fait le plus dur. Mais je le répète, on ne gère pas assez bien nos temps forts et temps faibles. Ton jeu au pied doit te permettre à faire souffler tes avants. Cette gestion au pied a été mauvaise. C'est pour cela qu'on a essayé de rééquilibrer nos forces pour les années à venir. 

Aujourd'hui, vous êtes supporters des autres équipes pour accrocher un billet européen (il faut une victoire française en H Cup et que le Stade français ne remporte pas l'Amlin pour que ce soit le cas, NDLR). Comment vivez-vous cette situation ?

M.D: Je ne sais pas si, après deux victoires à l'extérieur à Gloucester et Perpignan, le Stade français sera capable de gagner une troisième fois hors de ses bases. Maintenant, nous sommes obligés d'être supporters du Leinster, de Toulon, de Clermont. Cela fait beaucoup. On verra ça plus tard.