Fainifo - Stade français Grenoble - 20 octobre 2012 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Challenge Européen

Le Stade Français à bon port

Le Stade Français à bon port

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 21/10/2012 à 15:23 -
Par Rugbyrama - Le 21/10/2012 à 15:23
Au Havre, sous une grosse pluie, le Stade Français est venu à bout de Grenoble (28-25) et demeure en tête de la poule 5. Le FCG a souffert en mêlée fermée.

Soyons honnêtes, on craignait le pire de ce match entre le Stade français et Grenoble: une compétition souvent prise par dessus la jambe, deux équipes amoindries où certains joueurs avaient été laissés au repos, et surtout une météo franchement hivernale ne plaçaient pas ce match sous les meilleures auspices. Qu’il nous soit donc permis de nous excuser auprès des trente et quelques acteurs de cette partie: car il faut le reconnaître, c’est bien à une vraie rencontre de rugby à laquelle nous avons assistée ce soir ! Un match attaqué tambour battant par un Stade français qui s’est parfaitement adapté aux conditions de jeu en première période, en transformant chaque intrusion dans le camp adverse en points: grâce à un premier essai en force tout d’abord par le talonneur Bonfils, à la suite d'une bonne prise en touche et à un maul destructeur (7-0, 4e). Et surtout grâce à un excellent Julien Dupuy qui aura réalisé presque un sans faute dans cette mi-temps avec trois pénalités (8e, 31e, 40e). Ajouté à cela un drop de Nicolas Bézy, le Stade français terminait le premier acte en tête 19 à 9. Les Grenoblois, malgré leurs excellentes dispositions pour le jeu au large, ne parvenaient pas à maîtriser un ballon glissant et manquaient de réalisme sur leurs incursions dans le camp adverse. Nicolas Laharrague les maintenait cependant à flot, avec trois pénalités.

Le finish Isérois

Les deux formations avaient tellement eu a cœur de mettre du jeu en première mi-temps, que la seconde a forcément vu un tassement du rythme de la partie: un ballon de plus en plus glissant, des attaques moins tranchantes d’un côté comme de l’autre, et un arbitrage parfois tatillon de la part de monsieur Small, notamment en mêlée fermée, ne permettaient pas de repartir sur les mêmes bases du début de match. Le Stade français continuait son travail de sape devant, engrangeant les pénalités et faisant preuve d’un pragmatisme froid mais efficace (25-15, 69e).

C’est alors qu’un vent de révolte a soufflé sur le stade Océane du Havre. Une tempête provoquée par des joueurs de Grenoble qui se sont mis à jouer comme des morts de faim: un premier essai superbe de l’ailier Mathieu Nicolas après une bonne prise en touche, puis une nouvelle pénalité de Laharrague (25-25, 75e). Finalement, la victoire est revenue aux avants parisiens, intraitables en mêlée ce samedi soir, et à un dernier coup de pied victorieux de Felipe Contempomi. Un véritable match de leaders de poule, qui ont su chacun mettre leurs qualités propres en avant. Alors que l’on peut être légitimement heureux côté parisien, les joueurs de Fabrice Landreau méritent amplement leur titre d’ "équipe surprise" de ce début de saison, en ramenant un point de bonus défensif largement mérité.