Pierre RABADAN - 21.04.2013 - Stade Francais Racing Metro 92 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Challenge Européen

Challenge européen, Leinster-Stade français - Pierre Rabadan: "Un immense défi"

Rabadan: "Un immense défi"

Par Midi Olympique
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 07/05/2013 à 16:48 -
Par Midi Olympique - Le 07/05/2013 à 16:48
À dix jours d’un match qui pourrait transformer la saison du Stade français, le troisième ligne international parisien, Pierre Rabadan (32 ans ; 2 sélections), sait que son équipe va s'attaquer à une montagne en allant défier le Leinster chez lui à Dublin, en finale du Challenge européen.

Comment analysez-vous cette lourde défaite (17-52) subie à Biarritz samedi?

Pierre RABADAN: Cela n’est jamais agréable de prendre cinquante points, même si cette rencontre ne comportait pas un gros enjeu et que beaucoup de rotations avaient été faites. J’ai assisté au match depuis les tribunes et cela reste un score très lourd, il n’est jamais anecdotique de concéder de telles défaites. Mais dès le coup de sifflet final, nous nous sommes projetés vers cette finale face au Leinster et l’immense défi qui se présente face à nous.

N’est-il pas difficile de passer autant de temps sans jouer avant une finale?

P.R.: C’est vrai que la situation est assez particulière car avec les rotations, certains joueurs auront passé trois semaines sans jouer entre la demie et la finale, ce qui n’est pas habituel pour nous. Le choix a été fait de "faire tourner" face à Biarritz, mais on a vu que malgré cela, Antoine Burban, qui avait débuté sur le banc, s’est blessé (à l’œil, N.D.L.R.) et il ne pourra pas jouer la finale. Même en prenant le minimum de risques, on doit faire face à des coups durs.

En quoi consiste la préparation de cet immense rendez-vous?

P.R.: Nous effectuons un très gros travail physique, car nous avons la chance de disposer de temps pour nous préparer et analyser le jeu de notre adversaire. L’objectif est d’arriver à la fois au point physiquement et prêts dans nos têtes le jour J.

Quelles sont vos chances pour cette finale?

P.R: Vu les résultats du Leinster ces dernières saisons, on ne peut pas dire que ça sera du 50-50. Ils sont doubles champions d’Europe et se sont retrouvés en Challenge européen uniquement parce qu’ils étaient dans la poule de Clermont. Si l’on établit un bilan sur les cinq dernières années, le Leinster est la meilleure équipe d’Europe. En plus nous allons jouer chez eux, dans leur stade, donc c’est vraiment un immense challenge qui se présente. Cela rend toutefois la situation extrêmement stimulante

Quelles vont-être les clés du match selon vous?

P.R.: Nous allons être obligés de défendre de manière exceptionnelle pour avoir une chance. C’est une équipe qui est capable de tenir le ballon durant dix ou quinze temps de jeu et de faire la différence ensuite derrière grâce à de très grands joueurs. Il va également falloir les déstabiliser en conquête afin de contrarier leurs lancements de jeu. Nous en avons discuté avec les Biarrots après le match et ils nous ont confirmé que le Leinster était capable d’accélérer le jeu à tout moment de la partie et de faire la différence au moindre faux pas de notre côté. Mais, avec un peu de réussite et si nous ne commettons pas d’erreur, pourquoi pas créer l’exploit?