Challenge Européen

Phillips : "Un tout nouveau départ"

Pour la première fois depuis qu'il y a signé, Mike Phillips parle de son nouveau club, l'Aviron bayonnais. Et de ses ambitions. Ce avant le match de Challenge européen face à Rovigo (samedi à 15h). Déplacement auquel il ne prendra pas part pour cause de congés post-Coupe du monde.

 
"Un tout nouveau départ" - Rugby - Challenge EuropéenIcon Sport
 

Pour la première fois depuis son retour de Coupe du monde, le demi de mêlée international Mike Phillips s'est exprimé sur son nouveau club, Bayonne. Et même s'il ne sera pas sur la liste prévue pour le déplacement à Rovigo, il ne manque pas d'objectifs pour le reste de la saison. Ça tombe bien, "le club a de très hautes ambitions, à la fois en championnat et dans l'Amlin Challenge Cup".

Débarqué il y a de ça plus de deux semaines à Bayonne, l'ancien joueur des Ospreys est donc pressé de pouvoir enfin jouer sous son nouveau maillot. Pour une toute nouvelle aventure, loin de ses repères gallois. "C'est un tout nouveau départ pour moi, explique-t-il sur le site de l'ERC. Je change de pays, de club, de langue et de culture, et je vais aussi jouer dans un nouveau tournoi européen que je n'ai jamais disputé auparavant".

Une star parmi tant d'autres

Et dans ce Challenge européen, les Bayonnais font donc figure d'épouvantail. Outre l'arrivée du demi de mêlée du XV du Poireau, la liste des autres stars débarqués sur la côte basque est longue. Des arrivées synonymes de grandes ambitions selon le néo-Bayonnais. "Ils (les dirigeants bayonnais, ndlr) ont recruté des grands noms dernièrement, aussi bien à l'avant qu'à l'arrière comme Joe Rokocoko, Neemia Tialata, Sione Lauaki, tous d'anciens All Blacks, ainsi que Cédric Heymans et Mark Chisholm".

Encore sur sa faim suite à une Coupe du monde fini sans médaille, Mike Phillips a soif de succès. Et ne compte pas lésiner le Challenge européen, compétition à laquelle il n'a jamais goûté. "Bayonne a soif de succès et veut gagner sur les deux fronts donc on va tâcher de bien se préparer pour les deux compétitions".

Car l'autre compétition en question, le Top 14, il n'y a donc jamais goûté. Et c'est bien sur le championnat que son rendement sera jugé. Pour le moment, son intégration semble être sur la bonne voie. "Il règne une bonne ambiance dans l'équipe et il me tarde d'en faire davantage partie. Je vais devoir compter pas mal sur mes nouveaux coéquipiers surtout les premiers mois pour m'aider à m'adapter et à comprendre la langue notamment et les spécificités de l'équipe". Plus rapide son adaptation se fera, plus le classement de l'Aviron devrait s'en ressentir.

 - Rugbyrama
 
 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |