Patrice LAGISQUET - biarritz Lyon - 24 mars 2012 - Icon Sport
 
Challenge Européen

Biarritz: Lagisquet, clap de fin

Biarritz: Lagisquet, clap de fin

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 18/05/2012 à 16:09 -
Par Rugbyrama - Le 18/05/2012 à 16:09
Après dix-sept ans passés sur la côte atlantique comme joueur, puis entraîneur, Patrice Lagisquet dirigera son dernier match lors de la finale du Challenge face à Toulon (21h). L’occasion pour lui de terminer en beauté son histoire d’amour avec le club avant de se tourner vers l’équipe de France.
 

Lagisquet dernière ! La finale entre Biarrots et Toulonnais sera marquée par la fin d’une histoire. Une histoire d’amour qui dure depuis dix-sept ans. Celle entre Patrice Lagisquet et le Biarritz olympique. Arrivé en 1992 en tant que joueur, le natif d’Arcachon raccrochera les crampons cinq ans plus tard. Un au revoir, seulement, puisque qu’il passe aussitôt de l’autre côté de la barrière et prend les rênes de l’équipe basque. Il lui faudra trois ans pour remporter son premier titre, une coupe de France. En 2002, il décroche le Brennus. Lancé, "son BO" gagnera encore deux fois le prestigieux bout de bois.

Las, il arrête en 2008 mais l’appel des terrains est plus fort et il est de retour aux affaires trois ans plus tard. Quelques mois après son retour, Philipe Saint André lui demande de venir le rejoindre en équipe de France. L’ancien ailier accepte de relever le défi. Mais avant de se consacrer pleinement aux trois-quarts français, il tiendra les deux fronts le temps du Tournoi.

Lagisquet: "Un non-évènement"

L’ex-international (20 sélections) aborde cette dernière sans pression particulière ou personnelle, si ce n’est celle du résultat sportif: "Cette finale, ça serait juste pour aller chercher un titre, ça serait sympa, je le vivrais de manière plus décontractée sauf que là, il faut assurer la continuité du club en Coupe d'Europe, ce qui est très important à tous les niveaux, sportif et financier", indique t-il. Forcément, l’avenir de son club de cœur passe avant. Humble, il estime même que ses adieux sont "un non-évènement".

Mais tirer un trait sur une histoire commune de dix-ans n’est pas chose facile. Alors c’est avec une pointe de regret que Lagisquet s’en ira: "C'est vrai que j'aurais aimé continuer à construire et à voir cette équipe évoluer". Des remords pourtant vite balayés par la confiance qu’il accorde à ses successeurs: "En même temps, je suis convaincu qu'il y a un staff qui est solidaire, compétent, qui fera du bon boulot. Peut-être que finalement ma part de travail est un peu terminée, pas complètement. Il y a des gens qui vont continuer l'aventure et je suis convaincu qu'elle sera belle". Elle le serait forcément plus avec la H Cup…

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×