Johnny WILKINSON Toulon Top 14 - Rugbyrama
 
Article
commentaires
Challenge Européen

Toulon manque le coche

Toulon manque le coche

Par Rugbyrama
Dans cet article
Par Rugbyrama - Le 14/01/2010 à 16:22
Le leader de la poule a concédé une défaite assez large sur le terrain des Saracens, son dauphin (28-9). La faute à trop d'indiscipline, d'imprécision dans le jeu au sol et à un manque flagrant d'efficacité dans le secteur offensif. Les chances de qualification sont intactes, c'est l'essentiel.
 

Venus à Londres dans l’optique d’empêcher les Saracens de revenir sur leurs talons, les Toulonnais ont limité les dégâts. Ils n’avaient qu’un but avoué. Ne pas laisser les Saracens prendre le bonus offensif. Perdre oui, mais les hommes de Philippe Saint-André se devaient de gérer l’avance de cinq points qu’ils possédaient avant la rencontre au classement général de la poule afin de laisser grandes ouvertes les portes pour les quarts de finale.

Ceci explique peut être la relative indiscipline des Toulonnais notamment en première période, préférant laisser Hougaard enquiller les tirs au but que les essais. D’ailleurs défensivement, PSA n’aura rien à reprocher à ses hommes.

Emmenés par leur trio d’anglais très en forme, Tom May mais surtout Jonny Wilkinson auteur de 9 points au pied, et d’un Chris Chesney qui pour son retour à Londres (Il a porté les couleurs des "Sarries" durant 13 saisons), a gratifié le public de Vicarage Road de plusieurs déblayages monstrueux, les Toulonnais se sont arcboutés en défense. Seuls la puissance et le talent du Fidjien Ratuvou a mis à mal par instant la défense toulonnaise. Seulement à force de ne pas vouloir jouer et casser le rythme, Toulon multipliait les fautes d’antijeu, notamment en début de seconde période. De quoi énerver l’Ecossais et pointilleux arbitre, monsieur Paterson qui en soixante secondes sanctionnait Toulon de trois pénalités et deux cartons jaunes : Béal et Missoup. Soit les deux meilleurs plaqueurs du RCT. 21 à 9, le sort du match était scellé. Restait aux toulonnais à se concentrer sur leur mission première : ne pas encaisser quatre essais.

Ils cédaient une première fois à la 53e minute, sur maul avec un essai de Melck. Devant l’urgence, PSA choisissait de donner à sa formation du sang, frais, du talent et de l’expérience avec les rentrées successives d’Emmanuelli, Bruno et Contepomi. Toulon retrouvait une certaine assise en mêlée fermée et quelques velléités de remonter le ballon à la main. Du coup le temps filait et les Londoniens ne se montraient plus dangereux.

Certes, la défaite est sévère (28 à 9), mais Toulon a préservé l’essentiel. Avec un point d’avance, le RCT s’il gagne avec le bonus face à Castres (déjà éliminé) s’offrira le droit d’un quart de finale à domicile au mois d’avril. Reste un petit devoir d’hiver.