Icon Sport

Bruno : "Etre plus ambitieux"

Bruno : "Etre plus ambitieux"
Par Rugbyrama

Toulon jouera samedi contre Castres un véritable huitième de finale. Les Varois dans l'obligation de l'emporter avec le bonus offensif pour conserver la première place de la poule 3 et garder les Saracens à distance. Et pour cela, il va falloir envoyer plus de jeu selon le talonneur Sébastien Bruno.

Comment abordez-vous ce match capital contre Castres ?

Sébastien BRUNO : On sait que ça va être assez dur même si Castres n’a plus rien à jouer dans cette compétition. Les entraîneurs du CO vont faire tourner et certains joueurs auront envie de se montrer pour le Top 14. Ce sera d’autant plus compliqué que nous allons devoir marquer quatre essais. Pour cela, nous devrons nous montrer plus ambitieux que d’habitude.

D’autant que Castres n’a encaissé quatre essais qu’une fois cette saison, lors de sa défaite contre le Stade français le 12 septembre dernier…

S.B. : C’est vrai que les Castrais sont performants en défense. Mais au match aller à Pierre-Antoine, nous avions réalisé une bonne performance et avions réussi à leur marquer trois essais. Il en faudra juste un de plus. Tout dépendra de notre entame, elle sera primordiale. Il faudra aussi que nous nous adaptions à l’arbitrage britannique. Cela nous avait beaucoup perturbé la semaine dernière contre les Saracens. Je le répète, nous devrons être plus ambitieux que d’habitude.

Mis à part le match contre Rovigo (onze essais marqués), Toulon n’a pas pris de point de bonus offensif depuis plus de trois mois et une victoire contre Bourgoin (46-28). Comment expliquez-vous ces difficultés offensives ?

S.B. : Le match contre Bourgoin remonte à loin effectivement et celui contre Rovigo n’avait pas été de très haut niveau… Nous avons plusieurs fois manqué ce bonus offensif alors qu’il nous tendait les bras, contre Albi par exemple. Nous gagnons souvent sur des petits scores d’ailleurs. C’est sûrement parce que nous comptons beaucoup trop sur nos buteurs. Contre Castres, il va falloir se montrer plus patients, plus organisés et plus disciplinés, et non plus aller chercher les fautes de l’adversaire.

Le fait d’avoir un buteur de la trempe de Jonny Wilkinson aurait des effet pervers alors ?

S.B. : Quand on possède un buteur comme lui, on est plus enclin à aller chercher les pénalités parce qu’on sait qu’il va les passer. Cela vient aussi du fait que nous voulons rester invaincus à domicile, alors nous prenons les points dès qu’ils se présentent... Et dès qu’on a assez d’avance, on s’arrête de jouer. On manque d’ambition en somme. La preuve que nous ne sommes pas encore une grande équipe tient là-dedans : on n’arrive pas à tuer les matchs, on se contente de trop peu. Mais pour un match comme celui de samedi, il va falloir changer de mentalité. Par exemple, la semaine dernière, nous avons absolument voulu empêcher les Saracens de marquer quatre essais. Nous l’avons fait et c’est très bien. Mais on s’est contenté de ça et on a arrêté de jouer au lieu d’aller chercher le bonus défensif qui aurait pu faire la différence au classement. Je crois que, parfois, nos objectifs ne sont pas assez élevés. Contre Castres au moins, ils le seront.

Une qualification en Challenge européen fait partie des objectifs du club. La pression n’est-elle pas trop forte avant ce match ?

S.B. : Au début de la saison, on avait dit qu’on voulait se qualifier effectivement mais on avait été un peu refroidi par notre poule, qui comprenait Castres et les Saracens. Puis, nous avons gagné à Castres lors du premier match et enchaîné par une victoire contre les Saracens. Maintenant, on joue à fond. D’autant que le CO a "lâché l’affaire". On y croit.

Le RCT est-il armé pour jouer à la fois des phases finales en Challenge et en Top 14 ?

S.B. : C’est sûr que nous avons un peu de mal par moments, quand les blessés sont trop nombreux notamment. Mais si nous ne sommes pas trop touchés à ce niveau-là, je pense que nous possédons l’effectif nécessaire pour jouer sur les deux tableaux. Après, tout va très vite. Ce sont des matchs à élimination directe… On s’entraîne pour jouer des matchs comme cela et si nous nous qualifions, tout est possible ! Si nous sommes éliminés du challenge, nous nous concentrerons sur le Top 14, voilà tout. Si nous sommes qualifiés, nous jouerons le coup à fond. D’autant que nous serons peut-être le seul club français, avec Bourgoin, à aller en quarts.

0
0