Icon Sport

Ntamack : "Ce match, je l'attendais"

Ntamack : "Ce match, je l'attendais"

Le 05/12/2017 à 15:36Mis à jour Le 05/12/2017 à 15:37

Comme d'autres jeunes joueurs prometteurs du Stade toulousain, l'ouvreur Romain Ntamack (18 ans) devrait avoir du temps de jeu contre Lyon jeudi soir, pour le compte de la troisième journée de Challenge Cup. Intégré à la liste Elite du XV de France l'été dernier sans la moindre apparition chez les professionnels, l'intéressé assure poursuivre sa progression.

Rugbyrama : A titre personnel, comment abordez-vous la réception de Lyon en Challenge Cup ?

Romain NTAMACK : C'est une opportunité pour moi ou pour les autres jeunes joueurs d'évoluer avec l'équipe première. On va essayer de saisir cette chance et de faire bonne impression.

Le revers à domicile face à Castres a-t-il déjà été digéré ?

R.N. : La défaite a fait assez mal à la tête. On a voulu préparer la rencontre de Challenge avec honneur et fierté pour tenter de nous rattraper de ce faux pas.

Après une défaite et un match nul dans la compétition, la qualification est-elle encore à l'ordre du jour ?

R.N. : Bien sûr, on a encore toutes nos chances. Le match nul à Sale était encourageant et nous avons malheureusement perdu de deux points contre Cardiff qui était venu avec une grosse équipe chez nous. Tout est possible. Il faut gagner les deux prochains matchs et ainsi garder l'espoir d'une qualification pour les quarts de finale.

Quel regard portez-vous sur le Lou ?

R.N. : C'est une formation qui produit beaucoup de jeu. Même si elle est dans une mauvaise passe, elle aura à cœur de se racheter, surtout que nous avons gagné à Lyon en championnat. Nos adversaires auront aussi une équipe remaniée, mais viendront avec l'idée de embêter le plus possible. Ce sera un gros match.

Revenons à votre cas. Aviez-vous coché cette rencontre depuis longtemps ?

R.N. : Oui, je savais que j'aurais sûrement plus de temps de jeu sur cette compétition. C'est toujours une bonne occasion pour moi, alors ce match, je l'attendais avec impatience. Quand on s'entraîne toute la semaine avec le groupe, on a envie de jouer mais c'est une bonne pression.

On a beaucoup parlé de vous l'été dernier mais vous n'avez que 18 ans. Comment jugez-vous votre évolution personnelle ?

R.N. : L'évolution se fait petit à petit. J'ai eu la chance de côtoyer de grands joueurs en match et de toucher de près le haut niveau, avec une apparition en Top 14 et deux en Challenge Cup. Je ronge mon frein, je patiente. Mais quand l'opportunité se présente, j'essaye de la saisir.

Cette saison est-elle de transition pour vous, avec notamment le départ de Jean-Marc Doussain en juin qui devrait vous donner de nouvelles perspectives ?

R.N. : Oui, c'est une sorte de saison de transition dans laquelle on tente de pointer le bout de son nez. On me donne plusieurs occasions de le faire, à moi de montrer que j'ai le niveau pour concurrencer les autres joueurs du Stade toulousain.

0
0