Celtic League

Ligue celte - Les Dragons de Newport tout feu, tout flamme

A la surprise générale, les Newport Gwent Dragons se sont imposés contre l’Ulster (15-8), lors de la première journée de Celtic League. L’occasion de revenir sur les mouvements qui ont chamboulé le club à l’intersaison.

 
Des Dragons tout feu, tout flamme - Rugby - Celtic LeagueIcon Sport
 

La première journée de la Ligue celte a été marquée par la performance des Newport Gwent Dragons qui, sur le score de 15-8, ont battu l'Ulster (finaliste de la saison dernière et premier de la saison régulière). Les Dragons avaient vécu une année plus que médiocre la saison dernière, en terminant avant-dernier avec seulement six victoires en vingt-deux matches. Seuls les Zebre avaient fait moins bien. Le club gallois avait notamment touché le fond en subissant un terrible 60-3 à domicile, face à Glasgow. Pire, la presse nationale avait laissé entendre que la WRU songeait à dissoudre cette franchise pour des raisons financières. Depuis sa création, elle n'a jamais justifié son existence par des résultats remarquables, au point de quitter la H Cup pour devenir abonnée au Challenge européen à la place du Connacht.

Visiblement, ce projet a été abandonné. A l'intersaison, les Gallois ont recruté un nouveau manager général, Lyn Jones (ancien des London Welsh), flanqué d'un assistant nommé Kingsley Jones (ex-Russie). Les deux hommes ont hérité d'un effectif délesté de son joyau Dan Lydiate, parti vers le Racing-Metro. Mais le Lion Toby Faletau, numéro 8 aux mains d'or, est resté. Et le staff a réussi à persuader le demi d'ouverture Jason Tovey de revenir au bercail après un an chez les Cardiff Blues, où il n' a pas vraiment trouvé sa place. Cet ancien international des -21 ans, dont on disait le plus grand bien dans les années 2010-11, a été le grand artisan du succès contre l'Ulster avec cinq pénalités réussies. Et s'il faiblit, il pourra sentir l'aiguillon de Kris Burton, international italien d'origine australienne, venu de Trévise. De toute façon, question recrutement, les Gwent Dragons n'ont pas d'autre solution que de donner leur chance à des joueurs mésestimés dans les franchises les plus puissantes.

Le tacle à Faletau

Ce fut aussi le cas du demi de mêlée Richie Rees, neuf fois international depuis 2010 et contraint de s'exiler à Edimbourg pendant une saison. En revenant au pays, il aimerait bien rappeler à Gatland qu'il existe. Au rayon des révélations, le centre Jack Dixon a semblé avoir un potentiel plus que prometteur. "Mais vous n'avez encore rien vu, a dit Lyn Jones. Je pense que nous affronterons des équipes moins bonnes que l'Ulster dans les semaines qui viennent et nous aurons nos chances. L'an passé, mes joueurs étaient sur la retenue, je pense que cette victoire sera un électrochoc pour eux. Je suis content d'avoir Jason Tovey avec moi. J'ai toujours apprécié ce joueur, il sait contrôler un match, il défend bien, son jeu au pied est au sommet et son jeu offensif est en progrès".

Tout à son euphorie, le manager général s'en est allé de son petit tacle à l'endroit de sa vedette Faletau, jugé un peu court physiquement à son retour avec les Lions. "A mon sens, quatre semaines de repos auraient été suffisantes après le troisième test des Lions. Pour diverses raisons, il en a pris cinq et il est revenu dans une condition physique inférieure à celle que nous souhaitions". C'est pourquoi Jones a marqué son autorité en ne l’alignant pas parmi les 23 qui sont venus à bout de l'Ulster.

 - Midi Olympique@RugbyramaFR
 
 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |