Luke McAlister - Toulouse - 5.11.2011 - Icon Sport
 
Article
commentaires

Bilan: Toulouse, un doublé à leur manière

Bilan: Toulouse, un doublé à leur manière

Par Rugbyrama
Dernière mise à jour Le 01/07/2012 à 12:13 -
Par Rugbyrama - Le 01/07/2012 à 12:13
Fin de nos bilans du Top 14 avec le Stade toulousain qui enchaîne un deuxième Brennus de suite après avoir fini la saison régulière en tête. Champion.

TOUR D’HORIZON

Le Stade toulousain est un ogre. Deux titres de suite, 19 en tout et huit depuis 1995. De quoi rivaliser avec des sports sans concurrence comme le hand où Montpellier est en mode razzia ou au Water-Polo où Marseille domine. Cette saison, si l’adage "Jeu de mains, jeu de Toulousains" tombe en désuétude, la capacité des Rouge et Noir à se motiver épate. Privés de nombreux internationaux en début de saison, ils ont pu compter sur les chevronnés Nyanga, Donguy, Jauzion, Poitrenaud, Lamboley, Jauzion et cie. Sans compter l’éclosion des jeunes.

LE TOP: Une faim sans fin

C’est toujours la même rengaine. Toulouse s’élance, domine et on s’enquiert de savoir si le doublé Top 14 – H Cup est pour cette année. La Coupe d’Europe envolée, on se met à douter de la capacité toulousaine à rebondir en championnat. Après l’élimination à Edimbourg, Toulouse perd à Perpignan et Toulon et bat Brive de manière laborieuse. Trois matchs pour retrouver ses vertus et le Stade se montra ensuite impérial en demie et finale contre Castres et Toulon. Les joueurs de Guy Novès sont insatiables. Et des compétiteurs exceptionnels. Une H Cup en 2010 puis deux Brennus de rang. Les Toulousains toisent toujours la France du rugby.

LE FLOP: La douche écossaise

7 avril 2012: Toulouse abandonne son destin européen à Edimbourg en Ecosse. Aussi hautes étaient les attentes, aussi grande est la déception. Il n’y a pas loin du Capitole à la Roche Tarpéienne paraît-il... Toulouse le sait et se fait voler la vedette, la Une des journaux par Clermont, étincelant au moment de punir les Saracens à Watford. Mais le gros couac de la saison toulousaine a fouetté l’orgueil des joueurs. Et en juin, ils ont ramené un troisième trophée de rang dans la Ville Rose. Eux.

LE JOUEUR: Luke McAlister

L’homme de la finale. Luke McAlister, qu’il soit aligné au centre ou à l’ouverture, a éclaboussé la saison de son talent. A 28 ans, le All Black aux 30 sélections fut la pierre angulaire du jeu toulousain, notamment en finale, lorsque les Grands décident du sort d’un match. De la teneur d’une saison. Derrière un pack conquérant, Luke enquilla 18 points au pied (100% de réussite). Les mêmes stats qu’en demie alors qu’il passa du centre à l’ouverture. S’il a eu un creux l’hiver venu, il a répondu aux attentes et goûte au Brennus dès son premier opus en France. Talent d’or.

Icon Sport

LA REVELATION: Gillian Galan

Christopher Tolofua étant déjà été largement évoqué, honneur à Gillian Galan, troisième ligne centre toulousain, membre éminent de la classe biberon et gros bébé d’1m93 pour 120 kg. Le garçon est prévenant. Si certains ne l’avaient pas bien remarqué lors de ses six premières titularisations avant Noël, le Montalbanais de naissance s’offrit un coup d’éclat pour qu’on retienne définitivement son nom.28 janvier dernier au Stade de France, Toulouse est mené 13-12 par le Racing. Gillian entre à la 75e minute et plante l’essai de la victoire une minute plus tard. A 20 ans, le Vert Galan a le temps de mûrir. Même s’il offre déjà des performances goûtues.

L’AVENIR

Il s’annonce bien sombre. Non, on plaisante. Toulouse vient de signer sa dix-neuvième demi-finale de suite . Un chiffre stratosphérique. Et on ne voit pas bien ce qui va empêcher Novès et les siens de faire la passe de vingt. Des stars qui assument, des grognards qui assurent, des jeunes assidus, le Stade est paré. Et s’est renforcé avec Kakovin, pilier voué à un grand avenir, Huget qui rentre au bercail ou encore Gaël Fickou, grand espoir du rugby français au centre et que Toulon n’a pas su conserver.

LES CHIFFRES-CLES
Classement final : 1er
Classement attaque : 2e
Classement défense : 3e
Meilleur réalisateur : Lionel Beauxis (185 points)
Meilleur marqueur : Timoci Matanavou et Yves Donguy (10 essais)