Alexandre - Grenoble - 30 novembre 2013 - Icon Sport
 
Article
commentaires
- Bilan

Bilan Top 14 - Grenoble placé en embuscade

Grenoble placé en embuscade

Par Fabien Pomiès via Midi Olympique
Dernière mise à jour Le 27/12/2013 à 14:10 -
Par Fabien Pomiès via Midi Olympique - Le 27/12/2013 à 14:10
Pendant les fêtes, notre site vous propose un tour d’horizon de la première partie de saison des clubs de Top 14 avec, ce vendredi, Grenoble. Presque intraitable à domicile, le club isérois colle au wagon de tête. 

LA PERF': La victoire au Racing-Metro

C'est bien le 5 octobre dernier que la saison du FCG a pris un nouvel élan. Avant cette 9e journée, le club isérois était (quasiment) intraitable à domicile et avait réussi à s'imposer sur le terrain de la lanterne rouge biarrote, avec bonus offensif à la clé. Bilan parfait pour se caler en milieu de classement. Mais en allant, ce jour-là, s'imposer au Racing-Metro, là où personne ne les attendait, les hommes de Fabrice Landreau se sont offerts le droit de rêver. Profitant des imprécisions d'un cador encore en quête de repères, ils ont signé l'un des faits les plus marquants de la phase aller du Top 14. Avec une équipe que l'on peut considérer de "mixte", Grenoble a pris plusieurs fois les commandes de la rencontre (9-3 à la 26e ou 16-12 à la 47e) avant de voir le Racing fondre sur lui et le dépasser grâce au pied de Sexton et à un essai d'Andreu : 20-16 à la 67e. Les Franciliens pensaient alors avoir fait le plus dur. C'était sans compter sur la domination de la mêlée iséroise et la précision de Valentin Courrent, entré pour les dernières minutes. Auteur de deux pénalités, dont une à l'ultime seconde, il a finalement permis à sa formation de l'emporter sur le fil (22-20). Grenoble pouvait, dès lors, regarder vers le haut.  

LA CLAQUE: Le nul à domicile contre Brive

C'est bien simple : cette saison, le FCG n'a "lâché" que deux points à domicile. C'était face à Brive (12-12), le 28 septembre, à l'occasion de la 8e journée. Vainqueurs du Stade français, de Toulon, de l'Union Bordeaux-Bègles, d'Oyonnax ou de Toulouse sur leurs terres, les Isérois n'ont pas su venir à bout de Corréziens pourtant réduits à quatorze dès la 14e minute, après l'expulsion de Thomas Sanchou. Alors que les Grenoblois menaient 12-6 à la pause, on les pensait à l'abri de toute mauvaise surprise. Mais totalement apathiques en deuxième mi-temps et carrément maladroits et mal inspirés, ils ont permis à leurs adversaires d'espérer et de revenir dans le match. Résultat: grâce à deux pénalités de Germain, le CABCL, en infériorité numérique, est parvenu à arracher le match nul. Une vraie contre-performance pour les joueurs locaux, qui a forcément entraîné une remise en cause.

L'HOMME EN FORME: Julien Caminati

Il a été élu meilleur joueur du dernier championnat de Pro D2. Julien Caminati, trois-quarts polyvalent, absolument décisif dans la remontée de Brive dans l'élite. Mais cette saison, c'est sous les couleurs de Grenoble qu'il retrouvait le Top 14. Plutôt utilisé à son poste de prédilection (arrière) en Corrèze, c'est à l'aile qu'il a été fixé la majorité du temps en Isère. Et ses qualités ont "offert" trois succès de marque au FCG. D'abord contre Toulon (28-26) le 31 août. Doté d'un coup de pied de mammouth, l'intéressé a passé deux pénalités de près de soixante mètres dans le deuxième acte pour assurer la victoire des siens. Bis repetita deux semaines plus tard, contre l'UBB (21-14), avec encore deux missiles. Et contre le Stade toulousain (25-18), le 30 novembre, c'est sa force de pénétration et sa puissance qui ont fait la différence. Alors que les deux équipes étaient au coude à coude dans l'ultime ligne droite, il a trouvé un intervalle pour déchirer le premier rideau adverse avant de faire littéralement exploser Hosea Gear et s'en aller marquer. Devenu un pion essentiel du dispositif isérois en seulement quelques semaines, il a rapidement prolongé son contrat pour les deux prochaines saisons.