Ollie Phillips - Stade français - 13 aout 2010 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Barbarians

O. Phillips: "J'aimerais revenir en France"

O. Phillips: "J'aimerais revenir en France"

Par Rugbyrama
Dernière mise à jour Le 29/06/2012 à 11:05 -
Par Rugbyrama - Le 29/06/2012 à 11:05
Auteur d'un excellent match, l'ancien ailier du Stade français Ollie Phillips a particulièrement goûté à son aventure avec les Barbarians français. Et rêve de renouer avec l'Hexagone dès la prochaine saison de Top 14.
 

Non utilisé lors du premier match, vous avez joué les 80 minutes du deuxième test. Quel est votre premier sentiment ?

OLLIE PHILLIPS: Ça fait plaisir... Je suis en fin de contrat en Angleterre et comme je souhaite revenir en France, évoluer dans une sélection française était pour moi un bonheur. Les Barbarians sont devenus une famille qui s'est créée en l'espace d'à peine cinq jours. Des liens se sont tissés si forts qu'en nous appuyant sur l'affectif, nous sommes parvenus sans préparation à passer cinquante points à une très belle équipe du Japon ! Ce sont vraiment de bons moments...

Pourquoi souhaitez-vous revenir en France ?

O.P: Gloucester, où j'ai évolué toute la saison, est un bon club. Tout s'est bien passé pour moi là-bas. Mais honnêtement, je suis convaincu que mon avenir est en France aujourd'hui. J'adorerais y revenir après mon expérience au Stade français.

En tout cas, vous n'avez rien perdu de vos jambes. C'est d'ailleurs vous qui débloquez le match sur une contre-attaque, en offrant le premier essai à Hugo Bonneval !

O.P: J'aurais peut-être pu essayer d'aller plus loin, mais j'étais tellement fatigué... Alors, comme je sais très bien que Hugo Bonneval va plus vite que moi, j'ai préféré le faire briller (rires).

Vous avez également réussi l'autre geste marquant du match, ce tacle glissé qui sauve un essai sur votre propre en-but...

O.P: J'ai eu de la chance que les Japonais manquent leur transmission (rires). C'est l'esprit Baa-Baas qui permet aussi de tenter des trucs comme ça, de se dépasser malgré la fatigue.

Comment expliquez-vous la nette amélioration entre le match de mercredi et celui-ci ?

O.P: Nous avions commis beaucoup de fautes mercredi. En cinq jours, nous avons su les gommer. Nous nous sommes montrés très concentrés en défense, plus ambitieux et précis en attaque, et cela contre une équipe du Japon plus forte ! Vraiment, c'est une très belle prestation.

Comment un Anglais a-t-il apprécié l'esprit des Barbarians français ?

O.P: Comme un bonheur, bien sûr. Je suis Franglais depuis quelque temps maintenant ! J'ai rencontré des gens extraordinaires que je ne connaissais pas du tout. Je suis très chanceux d'avoir vécu cette expérience. J'ai déjà joué avec les Barbarians britanniques, mais les Barbarians français sont quelque chose de totalement différent. Les Britanniques jouent à domicile et ne se rassemblent que quelques jours, alors qu'avec les Français, le contexte est totalement différent. Les Baa-Baas français, c'est l'ancien esprit mâtiné d'un tout petit peu de professionnalisme.

Alors, partant pour la prochaine tournée des Baa-Baas ?

O.P: J'espère bien ! Je comptais d'ailleurs en parler à Jean-Pierre Rives...

Qu'allez-vous faire à votre retour en Europe ?

O.P: Là, je vais rentrer en Angleterre. Mais si un club français s'avise de m'appeler, je saute dans le premier avion !