Romain Millo-Chluski - Barbarians francais japon - 20 juin 2012 - Other Agency
 
Article
commentaires
Barbarians

Millo-Chluski: "Jamais confronté à un tel rythme"

Millo-Chluski: "Jamais confronté à un tel rythme"

Par Rugbyrama
Dernière mise à jour Le 29/06/2012 à 11:00 -
Par Rugbyrama - Le 29/06/2012 à 11:00
Après avoir enchaîné les pépins physiques ces derniers mois, Romain Millo-Chluski a livré un match plein contre le Japon mercredi, en se montrant notamment royal en défense. Le deuxième ligne toulousain savoure cette petite renaissance...

Vous avez disputé les 80 minutes du match contre le Japon. Comment l'avez-vous encaissé ?

Romain MILLO-CHLUSKI: Très difficilement, bien sûr ! (rires) Sincèrement, je n'avais jamais été confronté à un tel rythme. Ensuite, au-delà de la souffrance, ces 80 minutes ont évidemment été un grand plaisir. J'ai été souvent blessé cette saison, et mon temps de jeu en a été d'autant réduit. Je n'avais pas joué un match entier depuis une éternité... Du coup, je l'ai vécu comme une opportunité de prendre beaucoup de plaisir. Il n'y a pas eu un coup de pied tapé par les Japonais, qui ont tout joué à la main... Disons que ce test constituait une bonne préparation pour le second test, qui sera sûrement encore plus épais.

A titre personnel, vous avez connu une saison perturbée... Cette tournée est-elle un moyen de repartir du bon pied ?

R.M.-C.: Ce sont les aléas d'une carrière. Quand on prend du recul, on se dit que cela peut arriver à n'importe quel moment. L'important est de conserver l'envie d'aller de l'avant. Et je le répète, cela fait beaucoup de bien à la tête que de disputer un match entier...

Comment avez-vous vécu le fait de manquer la finale du Top 14 au tout dernier moment ?

R.M.-C.: C'est une parenthèse dans ma carrière... C'était l'épilogue d'une saison particulière. Je prends d'autant plus cette sélection comme une chance, celle de me montrer sous mon meilleur jour possible. Et puis, autour des Barbarians, il y a un état d'esprit tel qu'il s'est créé en moins de cinq jours, avec des joueurs qui ne se connaissaient pas...

Dans son discours d'avant-match, Denis Charvet a dévoilé que vous lui aviez confié retrouver une certaine innocence sous le maillot des Barbarians...

R.M.-C.: Il y a de l'innocence, c'est vrai, même si l'envie de gagner est toujours présente. Après tous les pépins que j'ai connus cette année, les Baa-Baas sont une sorte de respiration pour moi.