Getty Images

RUGBY - Héroïques en fin de match, les Barbarians français s'offrent les Maori All Blacks

Héroïques en fin de match, les Barbarians français s'offrent les Maori All Blacks
Par Rugbyrama

Le 10/11/2017 à 22:55Mis à jour Le 10/11/2017 à 23:03

Sur la pelouse du stade Chaban-Delmas de Bordeaux, les Barbarians français se sont imposés ce vendredi face aux Maori All Blacks (19-15). Une rencontre âpre qui a confirmé le talent du vivier français.

Le visage fermé, le regard noir défiant le Timatanga, le haka des Maori, Aurélien Rougerie a dû se dire qu’il revivait à 37 ans la finale de la Coupe du monde 2011 face aux All Blacks. D’un seul homme, le pas décidé, les Baa-Baas ont avancé vers les Kiwis pour défier leur cri de guerre.

Cette rencontre sur la pelouse du stade Chaban-Delmas fut tout sauf une parodie de rugby. Au terme d’un match particulièrement disputé, la formation coachée par Franck Azéma et Bernard Goutta s’est imposée au bout du suspense (19-15) en préservant en première période l’esprit du jeu couvé par Jean-Pierre Rives, Laurent Pardo, Denis Charvet et Thomas Lombard, avant de s’en remettre à une solidarité défensive de tous les instants.

8-3 à la pause pour les Baa-Baas

Désormais sous le giron de la FFR, les Barbarians se présentaient avec les pépites de demain. Les Baptiste Couilloud, Romain Ntamack et autre Thomas Ramos. Dès la 6e minute de jeu, le demi de mêlée du LOU s’est ainsi distingué par une relance de cinquante mètres avant de transmettre à l’ouvreur toulousain. Une première alerte avortée mais rappelant le talent et l’insouciance de ces minots observés depuis la tribune officielle par le président Bernard Laporte. A deux reprises dans le premier acte, par l’intermédiaire de Diaby (14e) puis Aguillon (22e), les coéquipiers de "Roro" ont échoué à quelques centimètres de l’en-but néo-zélandais. Une frustration vite effacée par l’essai du troisième-ligne du Racing 92, Baptiste Chouzenoux après un contre en touche (23e).

Des Maoris All Blacks fébriles

A l’instar de l’an passé où ils avaient fait tomber les Wallabies sur cette même pelouse (19-11), les Barbarians français ont bousculé les Maori All Blacks en imposant leur fougue et la vitesse de leur ligne de trois-quarts. Globalement dominateurs, les Baa-Baas ont toutefois été contrariés par les contre-rucks kiwis. Une faille amenant l’essai du trois-quarts aile Sean Wainui dès la reprise de la seconde période (8-8, 44e). Mais si la fantaisie colle aux chaussettes des Barbarians, le combat reste une vertu bien française. Sur un ballon porté d’école, les avants tricolores ont châtié leurs adversaires pour leur second essai du match (13-8, 47e).

Taofifenua, Rebbadj, Dubié et Jallibert très en vue

Sous une forte pluie, les contacts ont peu à peu pris l’ascendant sur le jeu, jusqu’à précipiter les cartons jaunes de Manihera pour un plaquage dangereux (56e) puis de Setiano (72e). Un carton contre le pilier du RCT également sanctionné d’un essai de pénalité (19-15), offrant une fin de match haletante. A défaut d’apprécier la vista de Romain Ntamack, pas toujours inspiré dans ses choix, Guy Novès et son staff auront certainement remarqué les prestations du pilier Sébastien Taofifenua, du deuxième-ligne Swan Rebbadj, de l’ailier Jean-Baptiste Dubié ou bien encore de l’ouvreur Matthieu Jalibert. Mais au-delà de cette victoire de prestige, les Baa-Baas et leur hargne auront montré au XV de France la voie à suivre pour espérer faire tomber les All Blacks samedi à Saint-Denis…

0
0