Other Agency

Midol 7: Jouez, maintenant !

Midol 7: Jouez, maintenant !
Par Other Agency

Le 13/04/2016 à 16:12Mis à jour Le 13/04/2016 à 18:09

Veille de match pour les équipes universitaires engagées au tournoi Midol 7. Un mois avant le tournoi International Espoirs, ce sont les plus grandes écoles françaises qui ouvriront le bal demain sur le campus de l’école CentraleSupélec.

Jean-Nicolas Baylet est un visionnaire. "J’ai cette conviction depuis plusieurs années que l’éclosion du 7 auprès du grand public viendra par le sport universitaire" déclarait le directeur général du groupe La Dépêche du Midi, le mardi 5 avril dernier, à l’occasion de la soirée de lancement à Jean Bouin. Heureusement, le 7 n’en est plus à son éclosion aujourd’hui. Sous l’impulsion de la FFR, les équipes masculines et féminines se sont qualifiées pour Rio, Paris a remporté l’organisation d’une étape des World Seven Series et près de 20 000 pratiquants se sont déjà pris au jeu. Mais si la culture du 7 a peu à peu gagné le territoire, il le doit en partie au sport universitaire, à commencer par Centrale 7 et Midol 7, fruits du partenariat entre Midi-Olympique et Centrale Supélec, et dont les renommées vont grandissantes.

"Le Centrale 7, c’est une association de 40 étudiants de l’Ecole Centrale Supélec qui se démène pendant toute l’année pour offrir le plus beau spectacle possible et essayer de donner une nouvelle impulsion au rugby à 7" explique son président Valentin Tréan. L’ambition est à la hauteur des potentialités de la discipline: sans-limites. Quant au spectacle, il devrait être au rendez-vous du Midol 7 jeudi, sur le terrain de Centrale, véritable écrin de verdure aux bords vallonnés situé au beau milieu du campus de l’école. En effet avec seulement 14 minutes par rencontre, il est inutile de sortir les calculettes ou de pratiquer un jeu restrictif. Au 7, le salut passe par l’attaque, et on espère que les matchs donneront raison à Jean-Louis Boujon qui déclarait mardi: "Le 7 est l’oxygène du rugby. On sort du schéma classique pour rentrer dans le jeu, le plaisir de jouer".

La joie des filles d’HEC à l’issue de la finale 2015 remportée aux dépens de Centrale

La joie des filles d’HEC à l’issue de la finale 2015 remportée aux dépens de CentraleOther Agency

Qui pour stopper le duo Centrale/HEC ?

Avant l’apothéose internationale du Centrale 7, place aux explications franco-françaises entre les plus grandes écoles de région parisienne. D’année en année, Midol 7 s’enrichit de son lot de souvenirs et de promesses de retrouvailles. L’année dernière, le duel HEC/Centrale avait tourné en faveur des commerciaux pour les femmes et des ingénieurs pour les hommes. Demi-finaliste des deux catégories, Polytechnique espère cette fois franchir quelques marches supplémentaires. Attention tout de même aux équipes partenaires, Alten, Léon Grosse, Mazars et HSBC, qui entendent bien prolonger l’après-midi au-delà du forum entreprises qui précédera les rencontres… Du côté des petits nouveaux, on gardera un œil sur l’ESSEC féminine, 4e de la dernière coupe de France des ESC, et sur Sciences Po, 1er chez les femmes et 3e chez les hommes de l’inter IEP de mars dernier.

Jeudi après-midi, il n’y aura cependant plus que les statisticiens et les revanchards pour s’intéresser aux chiffres et aux palmarès. Une nouvelle édition du Midol 7 commence. "Ce sont eux qui vont créer le futur de l’événement et en être les acteurs" suggérait joliment Jean-Baptiste Gobelet en désignant les étudiants rassemblés devant lui lors de la soirée de lancement. Eh bien, jouez maintenant !

Midol 7 jeudi 14 avril 2016 :

Plateau Masculin poule 1: Polytechnique, Sciences Po/Midi Olympique, Alten, Léon Grosse.

Plateau Masculin poule 2: Supélec, HSBC, HEC, Mazars.

Plateau Féminin poule unique: Centrale, HEC, Polytechnique, Sciences Po, ESSEC.

Martin de Wailly

0
0