Other Agency

C’était Australe 7 !

C’était Australe 7 !
Par Other Agency

Le 20/05/2016 à 16:35Mis à jour Le 20/05/2016 à 17:05

Quelques heures avant l’étape des World Series disputée ce week-end à Paris, le tournoi international Espoirs Centrale 7 s’est achevé vendredi sur un formidable doublé hommes-femmes des Tribes 7s australiens. La conclusion de deux jours d’une compétition intense et d’un spectacle grandiose.

L’actualité rugby était particulièrement dense le weekend dernier. Mais avant Paris et les World Series, avant Lyon et les finales de Coupe d’Europe, c’est à Chatenay que les premiers coups d’envoi ont été donnés. Les plus mordus ou les plus curieux s’étaient donné rendez-vous sur le campus de l’école Centrale jeudi et vendredi pour la 12e édition du Centrale 7, lors duquel 22 des meilleures équipes universitaires et espoirs au monde se sont affrontées pendant deux jours et près de 70 matchs. Et malgré la résistance des tenants du titre français, JDC 7s chez les hommes et Paris U chez les femmes, ce sont bien les australiens qui ramènent les trophées à l’autre bout du globe après un tournoi maîtrisé de bout en bout.

Dans le plateau masculin les outsiders étaient nombreux jeudi soir à l’issue des matchs de poule. Le Portugal, la Belgique, Oxford, La Rochelle ou encore le Maroc pouvaient espérer bousculer la hiérarchie. Mais il semblait évident que le titre allait se jouer entre la sélection française des JDC 7s, les sud-africains de Stellenbosch et les Tribes 7s australiens. Ces derniers écartaient sans trembler leurs rivaux de l’hémisphère Sud en demi-finale dans un match au sommet magnifique d’intensité et de justesse technique. Et si les JDC 7s se hissaient de nouveau en finale après une victoire acquise dans les toutes dernières secondes face au Portugal, les français n’eurent aucune chance de conserver leur titre. Près de 300 spectateurs amassés au bord du terrain ne purent qu’applaudir la supériorité d’australiens aussi puissants que virevoltants, intraitables au plaquage et inspirés en attaque, pour un score final de 43 à 7.

La domination du Sud était totale avec la victoire de l’équipe féminine des Tribes 7s. Au terme d’une demi-finale au couteau remportée 19-17 face au Portugal, les australiennes pouvaient dérouler en finale et balayer 59-0 une surprenante équipe ukrainienne, victorieuse des filles de Paris U au tour précédent. Depuis le début des matchs couperets de l’après-midi, le niveau de jeu n’avait cessé d’augmenter. Mais le récital produit par les australiennes en finale marqua les esprits. Les spectateurs tombèrent sous le charme d’un rugby maîtrisé, aussi pragmatique (pas moins de 9 essais inscrits !) qu’esthétique avec un festival de mouvement et de passes, dans le sillage de l’internationale australienne Nita Maynard, élue MVP du tournoi.

Les Tribes 7s écartent Oxford

Les Tribes 7s écartent OxfordOther Agency

"On est en train de construire une culture à 7 parmi les joueurs, les éducateurs, les dirigeants et les supporters. C’est un travail d’ombre qui a été effectué" déclarait l’ancien international Jean-Baptiste Gobelet lors de la soirée de lancement du tournoi au Stade Jean-Bouin. C’est grâce à ce travail d’ombre que le 7 peut être en pleine lumière à l’occasion d’événements tels que celui-ci. Assurément la fête était belle, grâce au travail colossal de l’association Centrale 7 de Valentin Tréan : un plateau plus international que jamais, un niveau de jeu quasi professionnel et des animations hors terrain garantissant l’esprit festif du Sevens.

Après la remise des trophées, la 12e édition du Centrale 7 s’achevait vendredi soir par la traditionnelle soirée de clôture. Au terme de deux jours d’une compétition acharnée disputée pour certains à des milliers de kilomètres de chez eux, tous les joueurs pouvaient se congratuler et se donner rendez-vous pour l’année suivante. Aujourd’hui en revoyant les photos des équipes australiennes et ukrainiennes bras-dessus bras-dessous à l’issue de la finale, des joueurs malaisiens se joignant aux étudiants de Centrale pour un volley en bord de terrain, ou encore des portugais défiant les joueurs d’Oxford au billard dans la salle de vie, on comprend un peu plus que le rugby est un formidable prétexte. Vendredi soir, il n’y avait pas que les australiens qui avaient gagné.

Classement

Hommes

Trophée Or : 1. Tribes 7s (AUS) 2. JDC 7s 3. Stellenbosch (AFS) 4. Portugal

Trophée Argent : 1. Belgique 2. Maroc 3. La Rochelle 4. Oxford (ANG)

Trophée Bronze : 1. Heidelberg (ALL) 2. Euskadi (Pays Basque) 3. Serdang Angels Malaysia 4. Paris U

Femmes

Trophée Or : 1. Tribes 7s (AUS) 2. Ukraine 3. Portugal 4. Paris U

Trophée Argent : 1. Finlande 2. Euskadi (Pays Basque) 3. Belgique 4. Windmills (Pays-Bas)

Trophée Bronze : 1. Tuks Ladies (AFS) 2. Géorgie

Martin de Wailly

0
0