Icon Sport

TOURNOI DES 6 NATIONS - Louis Picamoles (XV de France) : "Qu'on arrête de se croire inférieurs"

Picamoles : "Qu'on arrête de se croire inférieurs"

Le 23/03/2017 à 11:58

Nominé parmi les douze prétendants au titre de meilleur joueur du Tournoi, Louis Picamoles tient enfin le rôle qui lui était promis depuis ses débuts en équipe de France : joueur majeur et irréprochable. Le potentiel a laissé place à des garanties : la confirmation que le choix de rejoindre Northampton était sensé. Le joueur des Saints évoque cette nouvelle dimension avec nous.

Dans quel état avez-vous retrouvé votre club de Northampton ?

Louis PICAMOLES : J'étais heureux de rentrer à la maison avec la famille après huit semaines en équipe de France. Le Tournoi, c'est une belle aventure mais c'est aussi du temps loin de sa famille. J'ai retrouvé le club avec plaisir, enthousiasme. Le contexte veut aussi ça : après quinze jours de trêve, le championnat reprend ce week-end et nous jouons un derby contre Leicester. Forcément, il y a de l'excitation à l'idée de retrouver les internationaux. Une victoire peut nous relancer dans la course aux playoffs, qui nous tiennent à coeur.

Louis Picamoles (Northampton Saints)

Louis Picamoles (Northampton Saints)AFP

Il y a eu cette impression durant le Tournoi que le club de Northampton et vos coéquipiers en Angleterre étaient fiers que vous soyez un Saints...

L.P : En tout cas, je me sens bien avec mes coéquipiers. J'ai été accepté, accueilli. Il y avait une forme d'appréhension liée au fait que j'ai quitté le Top 14 pour l'Angleterre : est-ce que je venais pour l'argent, est-ce que j'allas m'investir ? Mais je crois avoir montré une attitude qui a plu. Quand je prends une décision, je m'y investis à fond. C'est mon fonctionnement. Je me suis engagé à 300% à Northampton, avec l'intention de vivre de belles choses.

" Rejoindre Northampton et le Premiership m'a aidé à progresser : j'en ai tiré beaucoup de positif"

Vous disiez à votre arrivée au club : "Ils veulent que je sois moi". Ce discours n'était-il pas celui qu'il vous fallait ?

L.P : Je m'en souviens. Je me suis engagé avec Northampton parce que j'avais la volonté de découvrir autre chose et de progresser en sachant très bien ce qu'il fallait que je travaille. Venir en Angleterre pouvait m'y aider. Mais ce que j'ai apprécié, c'est que le club ne m'a pas demandé de changer ni d'être plus comme ci ou moins comme ça. A Northampton, il y a eu la volonté de me conforter dans mes points forts. Le club est venu me chercher pour que je fasse ce que je savais faire. Cette démarche m'a aidé à m'intégrer dans le jeu collectif, à me sentir à l'aise. Ne pas avoir à jouer contre nature m'a mis davantage en confiance. Ça m'a marqué et conforté dans mon choix. Rejoindre Northampton et le Premiership m'a aidé à progresser : j'en ai tiré beaucoup de positif. Je suis loin de le regretter.

Louis Picamoles (XV de France) - mars 2017

Louis Picamoles (XV de France) - mars 2017AFP

Comment accueillez-vous votre nomination pour le titre de meilleur joueur du Tournoi ?

L.P : Je n'ai jamais été fan des récompenses individuelles : je sais qu'on dépend des copains. Évidemment, je ne peux pas cacher que cela fait toujours plaisir et qu'on ressent une petite fierté. Mais je ne suis pas en recherche d'une distinction personnelle. Ce qui me préoccupe, c'est le collectif. Sur ce Tournoi, on a pris du plaisir à évoluer ensemble même si on aurait aimé faire mieux. Au moins, une équipe se construit.

" Quand je vois d'où vient l'Angleterre, cela me rend optimiste"

Quel regardez portez-vous sur le succès de l'Angleterre dans ce Tournoi 2017 ?

L.P : Il faut reconnaître que c'est une belle performance, surtout quand on s'attarde sur le niveau du Tournoi et qu'on sait que les attentes sont fortes autour du tenant du titre. L'Angleterre a certes perdu le dernier match mais elle était déjà assurée de la victoire avant : cela montre la force de cette équipe. Après, quand je vois notre premier match là-bas, je me dis que nous ne sommes pas si loin qu'on peut le penser. Et quand je vois d'où vient l'Angleterre, cela me rend optimiste.

Louis Picamoles (XV de France) - février 2017

Louis Picamoles (XV de France) - février 2017Icon Sport

Vous semblez plus compétiteur qu'avant...

L.P : J'ai toujours été compétiteur pour avoir notamment joué au Stade toulousain. Mais je suis en équipe de France depuis un moment, je n'ai pas participé au Grand Chelem de 2010, je commence à avoir de l'expérience, j'ai vu passer des joueurs et je pense que nous avons une génération avec d'énormes qualités. Quand je vois ce match en Angleterre qu'on doit gagner, ce non match en Irlande, ça me met en colère. La fin du match contre le pays de Galles révèle un état d'esprit. Maintenant, nous devons tous être persuadés de notre potentiel, individuel et collectif. Il y a de la qualité, il faut qu'on avance et qu'on arrête de se croire inférieurs.

Ce Tournoi vous a t-il convaincu du rôle que vous aviez à jouer en équipe de France en terme de leadership aux côtés de Guilhem Guirado ?

L.P : Je ne suis en recherche de rien. Guilhem a d'immenses qualités de capitaine. La première est d'être à l'écoute de ses coéquipiers. Il se met au même niveau que chacun. Tout le monde peut s'exprimer quand c'est constructif pour l'équipe. Il laisse la parole, c'est une force. Après, avec mon expérience et c'est valable pour Yoann Maestri ou François Trinh-Duc, on essaie de l'aider dans cette charge qui est lourde. On est là pour le soulager, l'accompagner. Cela se passe naturellement parce que Guilhem ne garde pas tout pour lui : il fait participer.

Guilhem Guirado et Louis Picamoles (XV de France) - mars 2017

Guilhem Guirado et Louis Picamoles (XV de France) - mars 2017AFP

0
0