Guilhem Guirado, le capitaine du XV de France - AFP
6 Nations

Tournoi des 6 nations, XV de France - Battre les Anglais pardonnerait beaucoup de choses

Battre les Anglais pardonnerait beaucoup de choses
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 18/03/2016 à 18:58 - Publié le 18/03/2016 à 18:58
Par Fabien Pomiès - Le 18/03/2016 à 18:58

TOURNOI DES 6 NATIONS - Outre le plaisir d'empêcher les Anglais de faire le Grand Chelem, remporter le Crunch pourrait sauver le bilan du premier Tournoi de Guy Novès. Celui-ci terminerait avec un bilan positif, pourrait accrocher le podium et ainsi faire oublier des prestations en demi-teinte.

Le contexte

Si le Tournoi 2016 - et le mandat de Guy Novès par la même occasion - avait débuté de la meilleure des façons avec deux succès contre l'Italie et l'Irlande, force est de constater que les deux revers suivants ont ramené le XV de France à la réalité. La défaite à Cardiff était attendue, la copie rendue à Glasgow n'a pas été à la hauteur des attentes. Et la séance vidéo qui a suivi cette dernière sortie a été pour le moins musclée.

Gaël Fickou (XV de France) face à l'Ecosse - 13 mars 2016
Gaël Fickou (XV de France) face à l'Ecosse - 13 mars 2016 - Icon Sport

Reste alors l'orgueil et la fierté de ce groupe, comme l'a expliqué le capitaine Guilhem Guirado jeudi. Si les Bleus ne pourront pas priver les sujets de Sa Majesté du titre, ils peuvent au moins leur gâcher la fêter samedi soir en les empêchant de réaliser leur 13e Grand Chelem. Mais surtout, ils ont l'opportunité de sauver les meubles en finissant avec un bilan positif (3 victoires contre 2 revers). Ce qui pourrait également permettre aux Tricolores de rêver d'une troisième place (voire deuxième en cas de défaite des Gallois à Cardiff contre l'Italie), chose qui n'est jamais arrivée durant les quatre dernières saisons. Ce serait déjà une grande victoire pour un équipe en reconstruction après le champ de ruines laissé par PSA.

Face-à-face: Avantage aux Anglais

En 101 confrontations, c'est l'Angleterre qui est le plus souvent sortie gagnante face à la France (55 victoires, 39 revers, 7 nuls). Sur le sol français, c'est un peu plus équilibré avec 26 succès français, 2 nuls et 22 défaites. Le dernier succès anglais à Paris remonte à 2012 (22-24).

Chris Robshaw (Angleterre) face à la France - le 22 aout 2015
Chris Robshaw (Angleterre) face à la France - le 22 aout 2015 - Icon Sport

Les joueurs à suivre

Éblouissant face à l'Italie pour sa première cape, l'ailier des Bleus, Virimi Vakatawa est rentré dans le rang depuis. La faute notamment à un envie de trop coller au ballon et vouloir un peu trop souvent sauver la patrie seul. Dommage qu'il ne s'économise pas plus pour être plus efficace en un contre un. Et s'il le faisait face aux Anglais ? Du côté du XV de la Rose, les regards seront tournés vers le bulldozer Billy Vunipola, véritable force de pénétration. Le deuxième ligne prometteur, Maro Itoje, lui aussi, attire tous les regards. Et qui dit Crunch, dit souvent tension. Ce n'est pas interdit qu'Owen Farrell soit dans les parages pour faire sortir les Tricolores de leurs gonds...

3 stats à avoir en tête

3. Toujours en course pour réaliser le Grand Chelem, l'Angleterre pourrait être seulement la troisième à y parvenir en ayant joué trois rencontres à l'extérieur au cours de sa campagne. Le pays de Galles (2005) et l'Irlande (2009) y étaient parvenus également.

11. Le Crunch, c'est un peu la routine désormais pour le troisième ligne anglais James Haskell. Titulaire, il s'apprête à disputer son onzième match contre les Bleus, le meilleur total des joueurs sur la feuille de match. Pour l'instant, il compte 6 victoires pour 4 revers.

62. C'est la première fois depuis 1954 que les Anglais ont l'occasion de faire le Grand Chelem en terminant par un succès à Paris. Cette année-là, ils avaient échoué (11-3). Et si l'Histoire bégayait ?

Ils ont dit

Guy Novès (sélectionneur du XV de France)

" Ne pas être conscient que l'Angleterre est un poil devant à l'heure actuelle, ce serait un poil naïf. Mais je suis convaincu que le joueur français est capable de relever un certain nombre de défis."
Guy Novès, le sélectionneur du XV de France - 13 mars 2016
Guy Novès, le sélectionneur du XV de France - 13 mars 2016 - AFP

Eddie Jones (sélectionneur de l'Angleterre)

" Ils (les Français) ont un nouveau sélectionneur qui prône un certain style de jeu, des avants puissants et des passes après contact. C'est compliqué à mettre en place mais ils vont y arriver. "

Wesley Fofana (centre du XV de France)

" Ils sont un peu les joueurs qu'on n'a pas envie de rencontrer. Quand tu en as un dans la ligne, c'est un peu chiant, mais quand c'est toute la ligne, c'est vraiment délicat."

Notre avis

Ne le cachons pas, si on se fie uniquement au visage affiché lors de ce Tournoi 2016, les Anglais arrivent à Paris dans le costume de grand favori. Malgré tout, quelque chose nous donne envie de croire que les Bleus sont capables de l'emporter. D'abord car ils ont été secoués après leurs deux dernières prestations inabouties. Dans ce sens, le Crunch ne pouvait pas arriver à un meilleur moment. Piqués dans leur orgueil, comment ne pas les imaginer détester l'idée de voir leurs meilleurs ennemis anglais triompher et parader au Stade de France. Nous pensons les Français capables de l'emporter de peu.

0 commentaire
Ajoutez le vôtre !
 
×