Scott Spedding sera-t-il aligné d'entrée contre l'Ecosse ? - Icon Sport
6 Nations

Tournoi des 6 nations, XV de France - Scott Spedding, l’heure de la reconquête ?

Spedding, l’heure de la reconquête ?
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 10/03/2016 à 17:41 - Publié le 10/03/2016 à 17:41
Par Vincent Péré-Lahaille - Le 10/03/2016 à 17:41

TOURNOI DES 6 NATIONS - Titulaire au poste d’arrière durant la Coupe du monde 2015, Scott Spedding (29 ans, 14 sélections) est aujourd’hui devancé dans la hiérarchie par Maxime Médard. Dimanche face à l’Ecosse (16 heures), le Clermontois devrait toutefois avoir l’opportunité de convaincre Guy Novès...

Charlie est de retour * ! On avait laissé sa silhouette incrustée sur le maillot de Julien Savea en quart de finale de la Coupe du monde face aux All Blacks (62-13). Scott Spedding (29 ans, 186 cm, 100 kg, 14 sél.) était alors l’arrière numéro 1 du XV de France après avoir détrôné le Racingman Brice Dulin. Et puis plus rien. Ou presque. Retenu pour les stages préparatoires au Tournoi des 6 Nations, le néo-Clermontois n’a pas encore honoré la moindre sélection sous l’ère Guy Novès.

"On n’est jamais sûr de ce qui va se passer", confie l’ancien joueur de Bayonne et de Brive. "J’avais des doutes". Des doutes accentués par ce Mondial traumatisant. "Quand tu mets autant d’énergie avant et pendant le tournoi et que ça finit comme ça, ça fait très mal", avoue-t-il. "Et c’est compliqué de passer à quelque chose d’autres".

Scott Spedding (Equipe de France) face à la Nouvelle-Zélande - le 17 octobre 2015
Scott Spedding (Equipe de France) face à la Nouvelle-Zélande - le 17 octobre 2015 - Icon Sport

Spedding: "Il faut être honnête, j'ai eu un peu de mal au début à Clermont"

Passer à autre chose, quitter les bords de la Nive pour rejoindre le Michelin et son casting d’internationaux. Laisser une place de titulaire en force sous le maillot de l’Aviron pour s’inviter dans une concurrence avec son pote Nick Abendanon. Une transition délicate. "Il faut être honnête, j’ai eu un peu de mal au début à Clermont", reconnaît-il. "Je n’avais pas eu l’occasion de faire la pré-saison et les matches amicaux pour m’habituer aux combinaisons avec mes coéquipiers. Ça a pris du temps. Mais maintenant, j’ai pris mes marques dans le plan de jeu. Je me sens plus à l’aise".

Quatre mois de tâtonnement jusqu’à cette contusion à un genou contractée mi-février. "Entre la préparation à la Coupe du monde, la Coupe du monde et enchainer derrière avec mon nouveau club parce que Nick Abendanon était blessé, j’ai passé quelques mois sans répit", explique le natif de Krugersdorp."Ma petite blessure m’a fait du bien. J'ai pu prendre un peu de recul et me reposer. Depuis quelques temps, ça devenait chargé".

Scott Spedding (Clermont) - Décembre 2015
Scott Spedding (Clermont) - Décembre 2015 - Icon Sport

Chouly: "Scott est un joueur assez solide"

Preuve de ce retour en forme, sa prestation remarquée, vendredi dernier, sur la pelouse du Stades des Alpes face à Grenoble (12-45). A l’origine de tous les bons coups, Scott Spedding a retrouvé ses cannes pour franchir la défense iséroise et servir dans un fauteuil son coéquipier Noa Naikataci. "Ce match contre Grenoble m’a fait du bien. J’ai pris confiance dès les premières minutes du match", raconte-t-il. "Je pense que c’est mon meilleur match de la saison".

Si certaines critiques commençaient à poindre chez les supporters jaunards, l’arrière du XV de France a toujours eu la confiance de ses partenaires. "Scott est un joueur assez solide", insiste son coéquipier en club Damien Chouly.Il amène toute sa rigueur et son autorité. Pour un numéro 15, il est puissant, grand, assez rapide. Il pourra nous amener de l’alternance notamment sur la ligne pour nous mettre dans l’avancée.

Scott Spedding de retour en Bleu
Scott Spedding de retour en Bleu - Icon Sport

Un jeu au pied longue distance précieux

Alors que le Toulousain Maxime Médard semble être le favori de Guy Novès au poste d’arrière, et que le staff mise également sur le Parisien Hugo Bonneval (qui a été libéré pour rejoindre le Stade français, NDLR), Scott Spedding peut s’appuyer sur un profil différent de ses deux concurrents pour titiller une place de numéro 1. "Honnêtement, je ne sais pas si je dois reconquérir le poste d’arrière", glisse-t-il. "Pour l’instant, je suis juste content de retrouver le groupe. C’est une marque de confiance du staff. A moi de montrer aux entraînements que je peux amener quelque chose à cette équipe pour être titulaire".

Puissant, capable de casser les défenses, le Sud-Africain s’appuie par ailleurs sur un jeu au pied monstrueux qui avait séduit l’ancien staff et permis aux Bleus d’arracher quelques points sur la ligne des 50 mètres. "Ça fait partie de mon jeu. Si ça peut emmener quelque chose à l’équipe tant mieux", insiste-t-il. "A ce niveau là, le jeu d’occupation est très important. Je veux continuer à bosser sur mon jeu au pied".

Scott Spedding capte une chandelle à l'entraînement - 8 mars 2016
Scott Spedding capte une chandelle à l'entraînement - 8 mars 2016 - AFP

Spedding, une assurance tout risque sous les chandelles écossaises

Et dans les airs, le Clermontois a de sérieux arguments à faire valoir alors que Maxime Médard, à l’image de Bleus contre les Gallois, s’est perdu sous les chandelles de Cardiff. "Un 15, on le sait tous, il faut être solide sous les chandelles, bien choisir le moment pour contre-attaquer ou opter pour un jeu d’occupation", explique Spedding. "Je suis sûr que l’Ecosse va regarder notre match au pays de Galles et mettre beaucoup de chandelles dimanche. Les chandelles, c’est un combat".

Mais avant de penser à inscrire son premier essai sous le maillot du XV de France, Scott Spedding doit de nouveau s’imposer comme le dernier rempart tricolore.

De notre envoyé spécial à Linas-Marcoussis, Vincent PERE-LAHAILLE

* Le surnom qui lui avait donné Philippe Saint-André lors de sa première convocation en novembre 2014.

0 commentaire
Ajoutez le vôtre !
 
×