Les Italiens durant leur hymne national - Icon Sport
6 Nations

Tournoi des 6 Nations - L'humeur de la 5e journée: Et si la Géorgie remplaçait l'Italie...

Et si la Géorgie remplaçait l'Italie...
Dernière mise à jour Le 21/03/2016 à 16:50 - Publié le 21/03/2016 à 16:36
Par Fabien Pomiès - Le 21/03/2016 à 16:50

TOURNOI DES 6 NATIONS - Dernière de la classe une nouvelle fois sans la moindre victoire, l'Italie paraît bien loin du niveau des autres pays. La Géorgie, elle, a survolé le Tournoi B. Et si un barrage était organisé ? Le sacre des Anglais et la faiblesse offensive des Français sont également dans notre humeur du week-end.

L'histoire du week-end

Depuis le dernier Mondial, le sujet revient assez souvent sur la table. Et ce n'est pas la nouvelle cuillère de bois récoltée par les Transalpins (la 6e !) qui a permis de stopper le débat. Depuis son intégration dans le Tournoi, la Squadra Azzurra a terminé à 11 reprises à la dernière place (sur 17 éditions). Leurs autres positions ? Quatre fois cinquièmes et deux fois quatrièmes. Pire, les coéquipiers de Sergio Parisse n'ont remporté que douze rencontres depuis 2000, c'est dire le fossé existant avec l'ensemble des autres participants. A ce titre, Martin Castrogiovanni, tout fraichement retraité, doit garder un bien mauvais souvenir du Tournoi. Il détient en effet le record individuel de matches perdus (52 sur 60 disputés) devant son ex-coéquipier et capitaine, Sergio Parisse (45 sur 55).

David Odiete (Italie) plaqué par George North
David Odiete (Italie) plaqué par George North - Icon Sport

Pour finir ce triste tableau, complétons en rappelant que l'Italie a terminé cette édition avec la pire défense (224 points encaissés et 29 essais). Pendant ce temps, la Géorgie ne cesse de progresser, comme elle l'a démontré lors de la Coupe du monde. Les Lelos ont remporté le Tournoi B en réalisant un sans-faute (10 victoires/10) et sont devant les Italiens au classement mondial (12e contre 14e). Et si on organisait un barrage juste pour voir ? Sergio Parisse a son idée sur la question : "Aucune autre équipe ne mérite notre place". Pas si sûr...

On a aimé

Il n'aura pas fallu longtemps au XV de la Rose pour retrouver tout son piquant. Sortis sonnés de Leur Mondial, battus par les Gallois et les Australiens (pas une honte en soi), les Anglais n'ont pas tardé à réagir, remplaçant Stuart Lancaster par l'Australien Eddie Jones, l'entraîneur en vogue du moment. Si cette équipe n'a pas beaucoup changé au niveau des hommes qui la compose, elle est pourtant redevenue une valeur sûre dans le sillage de son nouveau capitaine Dylan Hartley et de sa pépite, Maro Itoje.

Résultat : l'Angleterre a remporté son treizième Grand Chelem après treize ans d'attente. Avec une défense redoutable (4 essais encaissés en 5 rencontres), le XV de la Rose a retrouvé son statut de meilleure nation européenne et pointe aujourd'hui logiquement à la 4e place du classement mondial. Fort, très fort même !

Danny Care et Ben Youngs (Angleterre) - 19 mars 2016
Danny Care et Ben Youngs (Angleterre) - 19 mars 2016 - Icon Sport

On n'a pas aimé

Lors de sa prise de fonction, Guy Novès avait annoncé vouloir que l'équipe de France retrouve de l'allant et propose un jeu offensif histoire de reconquérir le cœur des supporters. Malheureusement, le bilan est là : avec seulement 7 essais marqués, les Bleus terminent bons derniers dans ce domaine. L'envie de produire du jeu était là, comme en attestent les 67 passes après-contact tentées (13,4 de moyenne par match). Les Tricolores peuvent également se targuer d'avoir battu le plus de défenseurs (95).

Mais dans la finition, ce fut beaucoup plus compliqué, la faute à un déchet beaucoup trop important. Que dire de ces 81 turnovers concédés ! Force de frappe numéro un du XV de France, l'ailier Virimi Vakatawa porte en lui de nombreux motifs d'espoir. Malheureusement, malgré 400 minutes de jeu, 8 franchissements et 24 défenseurs laissés sur le carreau, il n'a franchi la ligne d'en-but qu'à une seule reprise. Le symbole du Tournoi français à lui seul.

Virimi Vakatawa, l'ailier du XV de France
Virimi Vakatawa, l'ailier du XV de France - AFP

3 stats à retenir

1. Durant l'ensemble du Tournoi 2016, il n'y a eu qu'un seul drop réussi. Il est l'oeuvre de l'ouvreur Carlo Canna lors du match d'ouverture face à la France. C'est le plus petit total depuis 1990.

12. Redoutable finisseur, l'ailier George North a déjà inscrit douze essais dans le Tournoi, et cela alors qu'il n'a pas encore fêté ses 24 ans. Il est encore loin de Brian O'Driscoll et de ses 26 essais en soixante-cinq matches. Au même âge, ce dernier en avait déjà inscrit 17...

25. Le talonneur irlandais Sean Cronin est rentré dans les livres d'histoire cette année. Il a disputé son 25e match du Tournoi et n'a toujours pas été titulaire dans cette compétition. Il a ainsi battu le record national de Ronan O'Gara qui avait été remplaçant à 22 reprises. Sauf que ce dernier a également commencé 41 rencontres.

George North (pays de Galles) - 26 février 2016
George North (pays de Galles) - 26 février 2016 - Icon Sport
0 commentaire
Ajoutez le vôtre !
 
×