Icon Sport

Tournoi des 6 nations, Angleterre-Irlande: Eddie Jones ne va pas s'empêcher de cibler Sexton

Angleterre-Irlande: Jones ne va pas s'empêcher de cibler Sexton
Par AFP

Mis à jourLe 25/02/2016 à 18:35

Publiéle 25/02/2016 à 18:35

Mis à jourLe 25/02/2016 à 18:35

Publiéle 25/02/2016 à 18:35

Article de AFP

Le sélectionneur de l'Angleterre Eddie Jones ne compte pas s'empêcher de cibler Jonathan Sexton, l'ouvreur vedette de l'Irlande, déjà victime de plusieurs commotions cérébrales, lors du match entre les deux équipes dans le Tournoi des six nations, samedi à Twickenham.

"Nous ciblons des joueurs tout le temps. Ça fait partie du rugby, n'est-ce pas ?", a lancé jeudi l'entraîneur australien, à deux jours du premier match du XV de la Rose à domicile depuis qu'il en a pris les commandes. "Il y a quinze joueurs sur le terrain. Est-ce qu'on est censé ne pas cibler l'un d'eux ?", s'est-il interrogé. "On ne va pas attaquer sur leurs défenseurs les plus forts. Quand on attaque, on attaque sur les défenseurs les plus faibles. Pourquoi attaquerait-on sur le défenseur le plus fort ?", a-t-il encore poursuivi, en précisant que cela ne signifiait pas qu'il estimait que "Sexton est un mauvais défenseur".

"Nous voulons gagner et un match de rugby se gagne en attaquant les points faibles de l'adversaire, dire que c'est injuste est ridicule", a conclu Jones, ex-sélectionneur de l'Australie et du Japon. Sexton (30 ans, 58 sélections) avait été particulièrement secoué par le XV de France lors de la défaite de l'Irlande (10-9), le 13 février dernier au Stade de France, ce qui avait fait grincer des dents le sélectionneur du XV du Trèfle Joe Schmidt. L'ouvreur, qui avait reçu plusieurs chocs au cours du match et semblait étourdi au moment de quitter le terrain à la 70e minute, souffrait finalement d'un "traumatisme cervical", avait annoncé Schmidt. Le joueur du Leinster avait connu un éloignement forcé de la compétition pendant douze semaines fin 2014 début 2015 après avoir subi quatre commotions cérébrales en l'espace de douze mois.

0 commentaire
Vous lisez :