Le XV de France fait-il partie des meilleurs ? Février 2016 - Icon Sport
6 Nations

TOURNOI 6 NATIONS - France-Irlande - Le XV de France encore loin des plus grands ?

Le XV de France encore loin des plus grands ?
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 12/02/2016 à 11:27 - Publié le 12/02/2016 à 11:25
Par Vincent Péré-Lahaille - Le 12/02/2016 à 11:27

TOURNOI 6 NATIONS - Le 11 octobre 2015, lors du dernier match de poule de Coupe du monde, le XV de France subissait une lourde correction face à l’Irlande (9-24). Quatre mois après cette désillusion, les Bleus retrouvent l’équipe de Rory Best, double tenante du Tournoi des 6 Nations. Mais la formation de Guy Novès a-t-elle vraiment les moyens de rivaliser ?

"Qu’est-ce qui s’est passé en Coupe du monde ?" Le regard noir, Guilhem Guirado marque un long silence. Interrogé ce jeudi sur les résidus de la désolante prestation des Bleus en match de poule de la dernière Coupe du monde, le capitaine du XV de France a du mal à cacher son agacement. Ce devait être la finale de la Poule D. Le match qui montrerait que la formation de Philippe Saint-André est au niveau des plus grands ! La rencontre permettant d’échapper à un quart de finale contre les All Blacks ! 18h45, ce 11 octobre 2015, le XV de France abandonne la pelouse du Millennium de Cardiff balayé par le XV du Trèfle (9-24). Après trois matches (Italie, Roumanie, Canada) à rêvasser naïvement de la Coupe Webb-Ellis, les Bleus étaient mis face à l’évidence de leur fragilité, de leur incapacité à rivaliser face aux meilleures nations mondiales.

Le XV de France s'était lourdement incliné en Coupe du monde contre l'Irlande - le 11 octobre 2015
Le XV de France s'était lourdement incliné en Coupe du monde contre l'Irlande - le 11 octobre 2015 - Icon Sport
" Pour les anciens, ce match de Coupe du monde contre l’Irlande reste au fond de nous. On a envie de se libérer. Il y a un sentiment de revanche - Ben Arous"

Quatre mois après, que reste-t-il de ce naufrage collectif ? "On y repense", reconnaît le pilier Eddy Ben Arous qui fait partie des six rescapés (avec Guirado, Flanquart, Maestri, Chouly et Slimani) encore présent dans le groupe de Guy Novès. "C’est le match qui nous a fait basculer dans un état d’esprit particulier et difficile. Mentalement, on était bien préparé mais on a eu deux, trois déchets qui ont fait basculer les Irlandais. Pour les anciens, c’est quelque chose qui reste au fond de nous. On a envie de se libérer. Il y a un sentiment de revanche. On a envie de montrer au monde qu’on veut exister au plus haut niveau". Car c’est bien le très haut niveau qui se présentera aux Tricolores samedi (15h25) sur la pelouse du Stade de France. Malgré le match nul concédé (16-16) concédé contre les Gallois à l’Aviva Stadium, la formation de Joe Schmidt a affiché des séquences de jeu toujours aussi impressionnantes et une cohésion quasi sans faille.

Le XV de France face à l'Irlande - le 11 octobre 2015
Le XV de France face à l'Irlande - le 11 octobre 2015 - AFP
" On ne peut pas penser plus loin que l’Irlande. Ce serait un manque d’humilité. La réalité, c’est qu’on n’a pas prouvé qu’on était au niveau des plus grands - Mermoz"

Au lendemain de leur petite entrée dans le Tournoi des 6 Nations contre l’Italie (23-21), la nouvelle génération de Guy Novès ira-t-elle puiser ce sentiment de révolte dans son dernier bras de fer avec les Irlandais ? "Mais qu’est-ce que vous attendez ?", reprend sèchement Guilhem Guirado. "Ce n’est pas un levier sur lequel je vais appuyer. Les jeunes ne vont pas comprendre si on appuie sur ce levier-là. Ça ne servirait à rien". Et pourtant, ces jeunes coqs ne sont pas aussi insensibles à cette sombre page du XV de France. "A titre personnel, même si je n’ai pas joué ce match, je ressens ce sentiment de revanche", explique le deuxième ligne Paul Jedrasiak. "Il y a un petit truc en travers de la gorge. Et les anciens ont à cœur de faire un gros match contre cette équipe. Ils l’ont dans un coin de la tête. Ce sera particulier".

" Si on n’y arrive pas, je ne vais pas m’effondrer... - Novès "

Au-delà de ce match de Coupe du monde, l’Irlande demeure un obstacle que l’équipe de France peine à franchir depuis le 13 février 2011 (date de la dernière victoire française (22-15) dans le Tournoi, NDLR). Deux défaites et deux matches nuls : le bilan tricolore est à l’image de la lente mais inexorable dégringolade du XV de France au classement des nations mondiales (la France est classée 8e). Un bilan qui fait de l’Irlande, double tenant du Tournoi des 6 Nations, la bête noire européenne des Bleus. "L’Irlande, bête noire ? Y’a pas qu’eux !" préfère sourire le trois-quarts centre Maxime Mermoz. "On a perdu contre tout le monde. Maintenant, y’a que des bêtes noires". Le moment de montrer au monde du rugby que les Bleus peuvent de nouveau espérer titiller les meilleurs est pourtant urgent. "Démontrer que la France est sur le chemin du retour ou capable de rivaliser avec ce qui se fait de mieux en Europe... Là, on est dans le domaine du rêve", lance un Guy Novès pragmatique. "Je vais vous dire, je ne dors pas trop en ce moment. Très honnêtement, si on y arrive, je ne vais pas crier "victoire". Et si on n’y arrive pas, je ne vais pas m’effondrer. Je garde la tête sur les épaules".

Guilhem Guirado et Guy Novès (XV de France) - 9 février 2016
Guilhem Guirado et Guy Novès (XV de France) - 9 février 2016 - AFP

Mais ce rêve de revoir, dès samedi, un XV de France conquérant est-il si utopique ? "Qui a parlé de rêve pour l’instant ?", coupe Maxime Mermoz. "Moi qui étais extérieur à la Coupe du monde, je savais très bien qu’après cette déroute, cette désillusion en tout cas, ce ne serait pas facile d’aborder ce Tournoi. On est en période de construction, de reconstruction. On ne peut pas penser plus loin que l’Irlande. Ce serait un manque d’humilité. La réalité, c’est qu’on n’a pas prouvé qu’on était au niveau des plus grands…" Une réalité que le XV de France doit pourtant effacer au plus vite.

0 commentaire
Ajoutez le vôtre !
 
×