Wenceslas Lauret et Jules Plisson (XV de France) face à l'Italie - 6 février 2016 - AFP
6 Nations

France - Italie (23-21) - Un baptême du feu laborieux mais un premier succès pour les Bleus de Novès

Un baptême du feu laborieux mais un premier succès pour les Bleus de Novès
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 06/02/2016 à 17:39 - Publié le 06/02/2016 à 17:13
Par Clément Mazella - Le 06/02/2016 à 17:39

TOURNOI DES 6 NATIONS - O combien fébrile, le XV de France a souffert mille maux pour venir à bout de l'Italie en ouverture du Tournoi (23-21). Une première réussie pour Guy Novès mais le travail semble encore très conséquent vu la copie rendue...

La première sous l’ère Novès, on l’attendait avec impatience. Pour sortir des quatre ans de litanie sous Saint-André. Du jeu, on en a eu. Mais que les Bleus ont souffert durant 80 minutes ! Une fébrilité incroyable, comme si la pression avait tétanisé les Tricolores. Physiquement, les Italiens ont évolué un ton au-dessus et pris régulièrement le meilleur sur des Bleus qui n’ont que trop rarement agressé le porteur de balle. Heureusement, le talent offensif de Vakatawa et la précision au pied de Plisson ont permis d’éviter une énorme désillusion (23-21). Guy Novès peut pousser un gros ouf de soulagement...

Dès l’entame, on a senti des Bleus empruntés. Privés de munitions, ils ont été contraints de passer leur temps à défendre face à des Italiens sans complexe et plutôt intéressants dans le sillage d’un Campagnaro retrouvé. Un quart d’heure, c’est le temps qu’il a fallu aux Tricolores pour rentrer dans la partie. Si Bézy - qui affiche pourtant un taux de 89% au pied en Top 14 - ne trouvait pas ses marques face aux perches (0/3), le XV de France se montrait en revanche efficace sur ses enchaînements en attaque. Vakatawa (15e) marquait pour ses grands débuts avec les Bleus alors que Chouly concluait en bout de ligne (33e) une pénalité rapidement jouée par Fickou. La France menait à la pause (10-8) mais on sentait clairement l’édifice tricolore fébrile.

 

Vakatawa, le sauveur

Et dès le retour des vestiaires, ces doutes furent confirmés. Un trou noir de 10 minutes et un 0-10 qui permis à la Squadra Azzurra de prendre 8 points d’avance sur le XV de France. Brouillons et même inquiétants dans les duels, les partenaires de Guilhem Guirado ont laissé craindre le pire. Heureusement, Virimi Vakatawa a enfilé le costume du sauveur. Elu homme du match, c’est lui qui fut à l’origine de la rébellion français, en culbutant plusieurs Italiens avant que Bonneval ne pointe en coin le troisième essai tricolore (17-18, 60e).

 

Jules Plisson, lui, prenait ses responsabilités et succédait avec brio à Sébastien Bézy dans l’exercice des tirs au but avec deux réussites capitales, dont l’une à 50m en coin (76e). Pas de quoi apporter de la sérénité à des Bleus acculés dans leur camp dans les dernières minutes et qui furent soulager de voir le drop de Parisse après la sirène passer à côté. 23-21, score final : Guy Novès commence son mandat par un succès. C’est l’essentiel mais le chantier semble colossal tant la copie rendue par son équipe s’avoue bien moyenne.

0 commentaire
Ajoutez le vôtre !
 
×