AFP

6 NATIONS - XV de France - Jules Plisson: "J’ai fait des conneries, des erreurs..."

Plisson: "J’ai fait des conneries, des erreurs..."

Le 28/02/2016 à 15:59

6 NATIONS - Pour sa neuvième sélection sous le maillot du XV de France, Jules Plisson (25 ans) a connu une soirée très difficile face au pays de Galles (19-10). Une fébrilité qui a bien précipité la victoire des Dragons Rouges. De quoi alimenter le débat sur le choix du demi d’ouverture le 13 mars prochain face à l’Ecosse.

C’était un vendredi soir, déjà. Un soir de février 2014 dont il reparlait encore cette semaine. "J’avais été impressionné…", confiait-il. A l’image du XV de France, Jules Plisson avait sombré face aux assauts gallois (27-6). Cardiff ne réussit décidément pas à l’ouvreur tricolore. Si les Bleus emmenés par l’impressionnant Guilhem Guirado ont bien essayé de se révolter en seconde période, Jules Plisson, lui, a une nouelle fois vécu un scénario cauchemar sur la pelouse du Principality Stadium (19-10). Une prestation fragile où le Parisien s’est trop souvent débarrassé du ballon au lieu de remettre son équipe dans l’avancée. "J’ai fait des conneries, j’ai fait des erreurs", avoue l’intéressé. "J’ai eu des difficultés dans le jeu au pied. J’ai fait des petites bêtises. Mais j’ai essayé de les mettre en difficulté. Quand on a une défense qui est très agressive, on est sous pression. Il y a un bras cassé, je vois qu’il y a de l’espace au bout mais on revient à la case départ. Mais ça va me servir pour la suite. On apprend tous ensemble".

Jules Plisson (XV de France) face au pays de Galles - 26 février 2016

Jules Plisson (XV de France) face au pays de Galles - 26 février 2016Icon Sport

" On fait beaucoup d’efforts pour marquer des points mais ce contre nous tue un peu (Jules Plisson) "

Un en-avant après seulement 30 secondes de jeu, une touche directe sur un bras cassé (9e), une pénalité manquée (27e), un petit jeu au pied inapproprié et des chandelles rendues au XV du Poireau avant cette offrande maladroitement glissée au trois-quarts aile gallois George North (47e). "On prend ce contre malchanceux", confie le numéro 10 du Stade français. "Je suis presque K-.O dans les 22 mètres et je me relève pour aller récupérer le ballon sauf que North le loupe et il se retrouve dans mes pieds. Je suis surpris. On fait beaucoup d’efforts pour marquer des points mais ce contre nous tue un peu. C’est comme ça. C’était un match compliqué".

Deux semaines après un manque d’alternance face à l’Irlande et un jeu au pied d’occupation hasardeux, Jules Plisson s’est encore montré fébrile dans la gestion tactique du match. "Quand on voit qu’on est dominé sur la première mi-temps mais qu’on rend ces ballons au pied, on demande de conserver la balle", explique l’entraîneur des arrières Jeff Dubois. "Il fallait mettre des séquences de jeu pour les mettre un peu à mal. Mais ce n’était pas le but de rendre ces ballons. C’est un peu dommage".

Jules Plisson (France) a commis une erreur fatale sur l'essai de North - 26 février 2016

Jules Plisson (France) a commis une erreur fatale sur l'essai de North - 26 février 2016Icon Sport

" Il y a des choses à dire sur le plan des détails qui ont fait de grosses différences… (Guy Novès)"

Trop timide pour attaquer la ligne d’avantage (seulement 3 mètres parcourus balle en mains) et faire jouer autour de lui (16 passes), Jules Plisson a manqué de lucidité sur les temps faibles de son équipe comme sur les temps forts. Pour preuve, cette obstination à chercher la pénaltouche au lieu de prendre les 3 points (entre la 52e et la 63e minute, NDLR) finalement conclue par une passe envoyée dans les bras de George North (63e). "Il y a des choses à dire sur le plan des détails qui ont fait de grosses différences", commente Guy Novès sans pour autant citer directement les erreurs de son ouvreur.

Remplacé à la 63e minute par François Trinh-Duc, Jules Plisson n’a clairement pas répondu aux attentes tandis que le Montpelliérain, dont le style est très apprécié par le staff tricolore, s’est montré plus tranchant, plus précis, bref plus solide. Reste donc à savoir si Guy Novès, comme il l’a fait avec le demi de mêlée Sébastien Bézy en lui préférant Maxime Machenaud pour ce match, décidera de titulariser François Trinh-Duc à la place de Jules Plisson le 13 mars prochain lors du déplacement du XV de France en Ecosse…

0
0