Les Bleus prêts pour Cardiff - AFP
6 Nations

6 Nations: Les Gallois aiment "bastonner" mais les Bleus sont prêts pour la bataille de Cardiff !

Les Gallois aiment "bastonner" mais les Bleus sont prêts pour la bataille de Cardiff !
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 25/02/2016 à 09:34 - Publié le 25/02/2016 à 09:34
Par Vincent Péré-Lahaille - Le 25/02/2016 à 09:34

GALLES-FRANCE - Pour le premier déplacement du XV de France de l’ère Novès dans le Tournoi des 6 Nations, les Bleus devront résister à l’ambiance électrique du Principality Stadium. Et, sur le terrain, à la puissance physique des Gallois, qui les avait terrassé en 2014…

"En deux ans de carrière internationale, c'est mon plus mauvais souvenir..." C’était un vendredi soir, déjà. Une sale soirée pour le XV de France et Jules Plisson, terrassés par l’atmosphère étouffante du Millennium Stadium et les percutions du XV du Poireau (27-6).

"Le contexte était très particulier", se souvient le demi d’ouverture du XV de France. "On en avait beaucoup parlé avant. J'avais été impressionné. Il y avait eu cette entrée sur le terrain, dans le noir, avec du rock and roll à fond. C'était comme un match de boxe. Et lorsque les Gallois sont entrés, les flammes, les lasers, les lumières… ça avait été chaud bouillant".

Vendredi soir (21h05), les joueurs de Guy Novès retrouveront l’ambiance électrique du désormais Principality Stadium. "J’espère qu’ils ne vont pas nous laisser six minutes dehors avec cette ambiance de feu", glisse l’arrière Maxime Médard, qui disputera son premier match dans l’antre des Dragons Rouges en 44 sélections. Mais le show gallois, forcément inhibant pour de jeunes joueurs, n’est pas le pire à craindre.

Maxime Médard - 23 février 2016
Maxime Médard - 23 février 2016 - Icon Sport

Un simple regard sur la composition de Warren Gatland souligne la puissance de cette équipe menée par Sam Warburton, notamment dans la ligne de trois-quarts: Alex Cuthbert (106 kg), Jonathan Davies (105 kg), Jamie Roberts (110 kg), George North (107 kg ). "Ce sont des joueurs qui aiment bastonner", insiste Maxime Médard.

" Quand tu prends des avions tout le match..."

Le 21 février 2014 justement, le XV de France s’était fait bastonner! "On avait pris des séquences", se rappelle Jules Plisson. "Ils étaient souvent venus dans ma zone avec que des mecs de plus de 110kg. Ils m'avaient surpris et ils m'avaient fait mal. Quand tu prends des avions tout le match, forcément ça te forge un peu".

Mais c’est bien le même scénario qui se présentera vendredi soir aux Tricolores. "Ils vont s’appuyer sur leur jeu direct avec des courses très tranchantes", souligne le demi d’ouverture du Stade français. "Mais ils savent aussi jouer vers les extérieurs. Leur paquet d’avants est également très mobile, costaud à l’image de Faletau qui est impressionnant. Et un 9 (Gareth Davies) qu’il ne faudra pas lâcher parce qu’il prend les intervalles et arrive à se créer des brèches au bout de quelques temps de jeu. C’est solide dans tous les secteurs".

Le XV de France ne s’est plus imposé au pays de Galles depuis le 26 février 2010

Alors que la presse galloise dénonçait en début de semaine la violence du rugby français (sous l’intitulé “Meurtre, escroquerie et roulette russe: la remarquable histoire des brutes les plus infâmes du rugby français”), les Bleus, à commencer par Jules Plisson, seront-ils visés par l’escadrille bodybuildée de Warren Gatland? "Les cibles! C’est votre nouveau mot", préfère sourire Jules Plisson! "Mais tous les numéros 10 sont des cibles! Il faut arrêter de penser que le mot 'cible', c’est fracasser le mec d’en face. C’est le chef d’orchestre de l’équipe contre qui tu joues et c’est sûr que si tu l’uses un peu en défense, il sera surement plus fatigué pour diriger le jeu".

Jules Plisson - 23 février 2016
Jules Plisson - 23 février 2016 - Icon Sport

Mais face aux assauts gallois et à leur rush défense (défense homme à homme, avec une montée rapide pour couper les extérieurs), les élus de Guy Novès devront résister à un rythme qu’ils n’ont sans doute jamais connu. "On sait qu’ils veulent nous faire craquer physiquement en seconde période", prévient le deuxième ligne Alexandre Flanquart.

Mais avec l’état d’esprit irréprochable affichée en seconde période face à l’Irlande et une volonté d’agresser la ligne d’avantage, ce XV de France en quête de connexions et d’alternance pourra alors espérer sortir vainqueur de cette bataille de Cardiff et remporter une première victoire au pays de Galles depuis le 26 février 2010 (20-26).

0 commentaire
Ajoutez le vôtre !
 
×