AFP

6 NATIONS - Gagner en Ecosse, c'est la promesse de finir avec un Crunch bouillant

Gagner en Ecosse, c'est la promesse de finir avec un Crunch bouillant

Le 13/03/2016 à 10:12

TOURNOI DES 6 NATIONS - En cas de victoire en Ecosse, les Français s'offriraient un match de folie contre l'Angleterre dimanche prochain en conclusion du Tournoi. De quoi leur donner un surplus de motivation avant le match à Murrayfield.

Le contexte

On ne va pas se mentir, la défaite à Cardiff (19-10) il y a deux semaines a été un gros retour à la réalité. Ne le cachons pas, avant le déplacement au pays de Galles, le groupe de Guy Novès était sur son petit nuage. Cette jeune troupe avait réussi à remporter ses deux premiers matches face à l'Italie et l'Irlande, faisant notamment preuve de caractère mais aussi d'envie de bien faire.

Maxime Machenaud (XV de France) face au pays de Galles - 26 février 2016

Maxime Machenaud (XV de France) face au pays de Galles - 26 février 2016AFP

De sorte que, si tout n'avait pas été parfait, cette équipe est parvenue à reconquérir le coeur de nombreux supporters, comme si le charme opérait à nouveau. Dans un Principality Stadium chauffé à blanc, les Bleus n'ont pas été pris par l'enjeu comme ce fut le cas en 2014. Pourtant, malgré leur vaillance, les Tricolores sont tombés sur un os face à un XV du Poireau bien plus rôdé et qui a parfaitement su gérer sa rencontre. Le test gallois s'est soldé par un échec. A Edimbourg, cette équipe de France a une nouvelle chance de prouver qu'elle peut gagner hors de ses frontières.... et s'offrir un bouillant Crunch pour finir dimanche prochain.

Face-à-face: Les Bleus, cauchemar des Ecossais

Au regard de l'historique des confrontations entre les deux pays, on se rend compte que les Tricolores ont pris un net avantage avec 52 victoires contre 34 défaites et 3 nuls. La différence est encore plus flagrante depuis 2000. Sur ces seize dernières années, les Bleus n'ont en effet perdu qu'à une seule reprise face aux XV du Chardon, c'était en 2006 (20-16). Le tout en 17 matches...

Wesley Fofana (XV de France) face à l'Ecosse - 5 septembre 2015

Wesley Fofana (XV de France) face à l'Ecosse - 5 septembre 2015Icon Sport

Les joueurs à suivre

Que ce soit Scott Spedding pour les Bleus ou Stuart Hogg pour les Ecossais, nous avons là deux arrières qui adorent relancer depuis le fond du terrain. De quoi promettre un beau duel en perspective. Yoann Maestri et Alexandre Flanquart vont eux aussi avoir de sacrés clients face à eux en deuxième ligne avec les frères Gray, Jonny et Richie. Clairement l'un des plus beaux attelages de la planète. Si Maxime Machenaud semble petit à petit prendre le dessus sur Sébastien Bézy, il va se frotter à Greig Laidlaw, redoutable buteur et valeur sûre de ce XV du Chardon. Il va d'ailleurs fêter sa 50e cape.

3 stats à avoir en tête

3. S'il débutera sur le banc pour cette rencontre, Maxime Médard a plutôt des bons souvenirs face aux Ecossais. En 5 confrontations face à eux, il a marqué 3 essais.

7. Murrayfield est loin d'être imprenable. Les Ecossais restent en effet sur une série de sept revers de rang à domicile lors du Tournoi des 6 Nations. Le dernier succès remonte au 24 février 2013 face à l'Irlande (12-8).

10. Titulaire dimanche, le talonneur Ross Ford pourrait malgré lui rentrer dans l'histoire de son pays. Il compte dix revers en autant de confrontations face aux Bleus. Le record est pour l'instant détenu par Chris Paterson et ses 11 revers en 12 matches...

Ross Ford, le talonneur écossais

Ross Ford, le talonneur écossaisIcon Sport

Ils ont dit

Scott Spedding (arrière du XV de France)

" Je suis sûr que l’Ecosse va regarder notre match au pays de Galles et mettre beaucoup de chandelles dimanche. Les chandelles, c’est un combat"

Uini Atonio (pilier du XV de France)

" Pilier, tu baisses la tête et tu rentres dans les mecs. Tu mets des coups de patate, des coups de tête (sourire). On n’est pas là pour transformer les essais"

Vern Cotter (entraîneur de l'Ecosse)

" J'espère que Guy (Novès) va prendre quelques whiskies la veille du match et qu'il sera un peu fatigué"
Uini Atonio face au pays de Galles - Tournoi 2015

Uini Atonio face au pays de Galles - Tournoi 2015Icon Sport

Notre avis

On veut croire que la défaite à Cardiff n'était qu'un mal nécessaire. Ce groupe rajeuni a besoin de se construire un vécu ensemble et la piqûre de rappel galloise ne peut être que positive. Aujourd'hui, face à une formation qui pointe à la neuvième place mondiale et qui se bat régulièrement avec l'Italie pour éviter la cuillère de bois, la France se doit d'aller en Ecosse avec la ferme intention de s'imposer. Surtout qu'il y a une belle carotte au bout avec un final en apothéose contre l'Angleterre au Stade de France dimanche prochain. Nous voyons les Bleus l'emporter avec un faible écart au score.

0
0