Mike Brown (Angleterre) face à l'Irlande - 27 février 2016 - AFP
6 Nations

6 Nations - Angleterre-Irlande (21-10): L'Angleterre encore en course pour le Grand Chelem

L'Angleterre encore en course pour le Grand Chelem, l'Irlande au plus mal
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 27/02/2016 à 20:45 - Publié le 27/02/2016 à 19:48
Par Thomas GOURDIN - Le 27/02/2016 à 20:45

6 NATIONS - Pour son retour à Twickenham, le XV de la Rose a remporté un troisième succès en autant de rencontres du Tournoi face à l'Irlande (21-10). Les Anglais sont donc les seuls encore en course pour le Grand Chelem. Pour l'Irlande, rien ne va plus. Malgré une belle résistance, le XV du Trèfle n'a toujours pas gagné le moindre match...

Le début de la réconciliation. Ce samedi, le XV de la Rose s'est offert le pardon de son public pour sa première à Twickenham depuis le fiasco du Mondial 2015. Au terme d'une rencontre à très haute intensité, l'Angleterre a fini par venir à bout d'Irlandais accrocheurs, joueurs et au final pas si loin de signer un coup parfait chez leurs frères ennemis (21-10). Les partenaires de Dylan Hartley ont aussi démontré leur force de caractère en résistant à deux infériorités numériques et en se montrant patients devant une défense longtemps imperméable. Un état d'esprit qui a contribué à réchauffer les relations avec les supporters.

Du caractère, il en fallait justement aux Anglais. Entrés sur la pelouse sous un feu d'artifice mais dans une ambiance beaucoup moins survoltée qu'à l'accoutumée, ils ont dû attendre l'heure de jeu pour voir leurs efforts, la domination de leur pack et les velléités de leurs lignes arrières récompensés. Watson (58e) puis Brown (63e) filaient coup sur coup dans l'en-but pour conclure deux actions d'envergure, et offrir enfin une sérénité bienvenue à leur équipe et à leur public.

Antony Watson (Angleterre) face à l'Irlande - 27 février 2016
Antony Watson (Angleterre) face à l'Irlande - 27 février 2016 - Icon Sport

Nowell le sauveur

Jusque-là, la menace d'un hold-up celte et d'une troisième défaite consécutive à Twickeham – après celles contre le pays de Galles et l'Australie lors de la Coupe du monde – s'était en effet faite de plus en plus pressante. Héroïques en défense dans le premier acte alors qu'ils étaient acculés devant leur ligne par des Anglais impressionnants d'engagement, les Irlandais étaient revenus des vestiaires avec des intentions beaucoup plus offensives. Et Connor Murray avait même profité du carton jaune infligé à James Haskell et du bon travail de ses avants pour donner l'avantage à son équipe (6-10, 46e). Mais à l'image de leurs deux premières sorties dans ce Tournoi, les hommes de Joe Schmidt ont ensuite connu un coup de mou fatal.

Maro Itoje (Angleterre) face à l'Irlande - 27 février 2016
Maro Itoje (Angleterre) face à l'Irlande - 27 février 2016 - Icon Sport

Pour autant, le XV de la Rose n'a pas succombé à la tentation d'un relâchement. Et grand bien lui en a pris. Dans un dernier sursaut d'orgueil, Sexton mettait Henshaw sur orbite pour un essai qui aurait complètement relancé la fin de match sans un retour désespéré de Nowell. Un sauvetage XXL qui évitait à toute une équipe de voir resurgir ses vieux démons. Et qui sonnait tel un écho aux propos de tenus par Chris Robshaw cette semaine. L'ex-capitaine avait exhorté l'équipe d'Angleterre à ne plus s'excuser, à désormais se projeter vers l'avenir. Avec trois victoires dans ce Tournoi et encore la perspective d'un ​G​rand Chelem, ​le troisième ligne semble avoir été écouté.

0 commentaire
Ajoutez le vôtre !
 
×