Icon Sport

6 NATIONS - Angleterre-Galles - Les Anglais ont une baffe à rendre...

L’Angleterre a une baffe à rendre...

Le 11/03/2016 à 19:44

6 NATIONS - La défaite contre le pays de Galles avait été le début du cauchemar des Anglais lors de LEUR Mondial en 2015. Le séisme avait été retentissant et engendré l’une des plus grosses déceptions de l’histoire du XV de la Rose. Les Anglais ne l’ont pas oublié. Et les Gallois pourraient le payer...

Le contexte

C'était il y a près de six mois. Comme si c'était hier en gros. Les Anglais n'ont pas oublié. Et comment pourrait-il en être autrement ? Il faudra du temps, beaucoup de temps même pour oublier l'énorme désillusion encaissée lors du dernier Mondial. A domicile, la bande de Stuart Lancaster se rêvait en future championne du monde. Elle n'a même pas dépassé la phase de poules, devenant le premier pays hôte à connaître pareille débandade.

L'Enfer, c'est le voisin gallois qui l'y a plongé. Après un succès improbable (25-28) alors que le XV de la Rose gérait son affaire et menait de 10 points après 50 minutes de jeu. La vox populi en avait clairement voulu au capitaine Chris Robshaw qui avait décidé d'aller en touche sur une pénalité en fin de match au lieu de prendre les 3 points. L'Australie avait fini le travail en fessant les Sujets de Sa Majesté une semaine plus tard (13-33). Si Robshaw figure toujours dans l'équipe, Stuart Lancaster n'en est plus le sélectionneur. Place à Eddie Jones. Et ce dernier a clairement lavé le cerveau des Anglais qui ont remporté leurs trois premiers matches du Tournoi 2016. Mais quelque chose nous dit que l'Angleterre n'a pas totalement oublié la baffe galloise. Et qu'elle ne tendra pas l'autre joue cette fois-ci. Bien au contraire...

Déception de l'Angleterre - Angleterre-Pays de Galles - 26 septembre 2015

Déception de l'Angleterre - Angleterre-Pays de Galles - 26 septembre 2015Icon Sport

Face-à-face

Il est très, mais alors très légèrement en faveur de l’Angleterre. Après 127 rencontres, l’Angleterre compte 58 contre... 57 pour le pays de Galles (et 12 résultats nuls). A noter que les Gallois se sont imposés à 19 reprises en Angleterre, ce qui constitue un record pour une nation européenne.

Les joueurs à suivre

Eddie Jones et Warrend Gatland ont décidé de faire dans le grand classique : aucun changement dans leur XV de départ pour ce choc à Twickenham. Bien sûr, on suivra avec attention le duel entre les deux ouvreurs George Ford et Dan Biggar. Mais aussi celui entre les "cousins" Billy Vunipola et Toby Faletau, deux des meilleurs n°8 d’Europe et du monde. Enfin, on attend aussi de voir quel sera le visage de Manu Tuilagi. Si celui-ci entre sur la pelouse...

Owen Farrell et George Ford (Angleterre) - 14 février 2016

Owen Farrell et George Ford (Angleterre) - 14 février 2016Icon Sport

3 stats à avoir en tête

10. Le XV de la Rose reste sur dix succès de rang à domicile dans le Tournoi. Sa dernière défaite, c’était en février 2012 face... au pays de Galles.

13. Les Anglais ont perdu à 19 reprises contre leurs voisins gallois. Mais bien souvent, les écarts furent serrés. Le plus gros en faveur des Gallois a été de 13 unités. Et c’était un jour de janvier... 1906 (3-16).

21. Manu Tuilagi retrouve le XV de la Rose après une très longue traversée du désert. Imaginez : il faut revenir 21 mois en arrière pour retrouver trace d’un de ses matches avec l’équipe nationale anglaise.

Manu Tuilagi sous le maillot du XV de la Rose

Manu Tuilagi sous le maillot du XV de la RoseIcon Sport

Ils ont dit

Billy Vunipola (n°8 de l’équipe d’Angleterre)

" Entre nous (Toby Faletau et Billy Vunipola sont cousins NDLR), ça se finissait toujours en bagarre et Toby me battait toujours, c'était jamais dans l'autre sens. En revanche, au rugby, on gagnait toujours ensemble."

Robin McBryde (entraîneur des avants gallois)

" Marler se doit clairement de pousser en mêlée légalement, autrement nous pointerons du doigt son attitude."

Notre avis

Dans un Twickenham en feu, l’affiche promet de faire des étincelles, sans nul doute. Eddie Jones semble déjà avoir mis son emprise sur le groupe anglais et les résultats sont là. Si les deux équipes sont encore invaincues, nous donnons un petit avantage à l’Angleterre. Et puis, cela donnerait encore plus de piment au Crunch le week-end prochain à Saint-Denis où les Anglais pourraient jouer le grand chelem face aux Bleus.

0
0