Icon Sport

6 NATIONS - Angleterre-Galles (25-21) - L'Angleterre se rendra à Paris pour le Grand Chelem

L'Angleterre se rendra à Paris pour le Grand Chelem

Mis à jourLe 12/03/2016 à 19:32

Publiéle 12/03/2016 à 18:56

Mis à jourLe 12/03/2016 à 19:32

Publiéle 12/03/2016 à 18:56

Article de Tanguy Hamon

6 NATIONS - Malgré une fin de match irrespirable, l'Angleterre a dominé le pays de Galles (25-21) à Twickenham et pourra réaliser le Grand Chelem si elle s'impose au Stade de France samedi prochain.

Les Anglais avaient une revanche à prendre, ils se sont faits peur jusqu’au bout pour l’obtenir ! Malgré une avance confortable et aucun point encaissé à la pause (16-0), les hommes d’Eddie Jones ont bien failli revivre la remontée galloise qu’ils avaient déjà subie lors du dernier Mondial. Dans son jardin de Twickenham, le XV de la Rose a tenu bon jusqu’au bout pour s’imposer 25-21 et s’offrir le droit de rêver au Grand Chelem, en cas de victoire au stade de France la semaine prochaine. Malgré deux essais dans les cinq dernières minutes, les Gallois subissent leur première défaite dans la compétition.

On avait pensé les Gallois perdus, dépassés par la maîtrise anglaise. Avec 16 points de retard et une domination anglaise absolue, il fallait une bonne dose de confiance pour croire à un retour victorieux. Sur une pelouse qui rappelait forcément de bon souvenir, le XV du poireau y a cru jusqu’au bout et s’est amusé à faire peur à son ennemi préféré. Deux essais en fin de match, il n’en fallait pas plus pour donner des sueurs froides aux supporters anglais. Insuffisants cependant pour s’imposer, tant l’avance prise par Dylan Hartley et ses coéquipiers en première période a fait la différence.

Itoje omniprésent

Forts d’un 16-0 à la mi-temps et d’une domination écrasante, les Anglais ont impressionné et livré une prestation convaincante, à une semaine du déplacement au stade de France. Efficaces dans l’occupation du terrain, très solides en défense, ils ont parfaitement su contenir le jeu gallois, ne craquant qu’une fois réduit à quatorze. Dans le sillage d’un Maro Itoje omniprésent et d’un Owen Farrell parfait dans ses tentatives de tir au but (100%, une transformation, six pénalités), c’est l’ensemble du XV de la rose qui a convaincu. Les dernières minutes de souffrance ne doivent pas voiler une rencontre globalement maîtrisée, face à des Gallois dont on connaît les qualités.

À une semaine de la venue de l’Angleterre au stade de France, on peut déjà annoncer que les Bleus auront fort à faire pour empêcher le XV de la Rose de réaliser le grand chelem.

0 commentaire
Vous lisez :