Icon Sport

XV de France - Les Bleus se rêvent Experts…

Les Bleus se rêvent Experts…

Mis à jourLe 02/02/2015 à 14:48

Publiéle 02/02/2015 à 14:39

Mis à jourLe 02/02/2015 à 14:48

Publiéle 02/02/2015 à 14:39

Au lendemain du cinquième titre mondial de l’équipe de France de handball, les Bleus ont unanimement salué cette incroyable performance. Mais dans quelle mesure le groupe de Philippe Saint-André doit-il s’inspirer des Experts ?

"Y-a-t-il un adjectif suffisamment grand pour qualifier la nouvelle performances des Bleus ? #admiratif #exemple". Le tweet posté par Thierry Dusautoir, dimanche soir, quelques minutes après la victoire des handballeurs français en finale des Championnats du monde face au Qatar (25-22), résume à lui-seul l’admiration suscitée par ce cinquième sacre (1995, 2001, 2009, 2011 et 2015). Champion d’Europe, champions olympique et désormais champion du monde en titre, les Experts constituent sans doute la référence absolue en sport collectif. "C’est plus qu’impressionnant", confie le talonneur Benjamin Kayser. "Ça devient mythique, historique, légendaire. On ne sait plus trop quoi dire de ces mecs. Il faut leur dire merci pour les émotions qu’ils nous procurent. Ils représentent la France de la plus belle des manières. En tant que sportif, je ne peux que m’inspirer des meilleurs absolus".

Kayser: "Dans la constance, ils ont des qualités mentales rares"

Là où la plupart des équipes françaises brillent par leur inconstance, les handballeurs se singularisent par cette faculté à se sublimer dans les grands rendez-vous pour empiler les sacres. Un exemple pour l’équipe de Philippe Saint-André qui n’a jamais réussi à dépasser trois victoires consécutives (tests de novembre 2012, ndlr). "C’est une réelle inspiration pour tous les amoureux du sport", explique l’avant de l’ASM. "Quand on voir leur faim, leur détermination sans faille, le fait de n’être jamais rassasié de titre, c’est magnifique. Ce sont de grands champions qui méritent ce qu’ils ont. Dans la constance au plus niveau, dans l’exceptionnel, ils ont des qualités mentales rares. Ils avaient le talent mais ils ont su se remettre en question. On espère pouvoir s’inspirer d’eux. Mais on ne peut pas se permettre de se comparer à eux. Ce serait malvenu. On est très loin de leur niveau".

Brice Dulin (XV de France) au point presse des Bleus le 2 février 2015
Brice Dulin (XV de France) au point presse des Bleus le 2 février 2015 - Icon Sport

Dulin: "Même avec des changements, ils marchent sur tout le monde"

Durant la première moitié de son mandat, Philippe Saint-André n’a eu de cesse de rappeler l’arrêt de certains cadres (William Servat, Lionel Nallet, Julien Bonnaire) pour justifier ses piètres résultats. Il n’empêche que la transition avec la nouvelle génération (Maestri, Le Roux, Fofana, Fickou, Dulin) n’a pas connu le même succès que son homologue du handball où Valentin Porte (24 ans), Xavier Barachet (26 ans), Kentin Mahé (23 ans) ou bien encore Mathieu Grebille (23 ans) cohabitent à merveille avec le degré de performances des Thierry Omeyer (38 ans), Jérôme Fernandez (37 ans), Daniel Narcisse (35 as) ou Michael Guigou (33 ans). "Il y a un d’esprit de groupe, de corps exceptionnel", insiste un Benjamin Kayser admiratif. "L’humain est au cœur de leur groupe. Il y également une intelligence de management avec les mecs qui évoluent, qui changent de rôle. Cette évolution est très intéressante". Une approche également appréciée par Brice Dulin. "J’ai entendu que pour 7 joueurs, il s’agissait de leur premier titre mondial. On voit que l’équipe ne baisse pas de niveau et marche sur tout le monde même avec du changement", note l’arrière du Racing Metro 92"Les leaders transmettent énormément aux plus jeunes".

Kayser: "J'adorerais voir leur manière de fonctionner en interne"

A six mois de la Coupe du monde, la Fédération Française de Rugby n’aurait-elle donc pas intérêt à inviter les Experts au chevet de nos Bleus ? "J’adorerais voir leur manière de fonctionner en interne", lance Kayser. "C’est un exemple pour tous. Une telle régularité ne peut qu’inspirer tout le monde. Dans leur façon de se gérer, ça se rapproche du rugby. C’est un sport de contact, viril. On a vraiment besoin d’avoir un vrai esprit de corps. Quand on les entend parler, ça nous touche. L’ADN est la même". L’invitation est lancée…

0 commentaire
Vous lisez :