Icon Sport

U20 - Fabien Pelous: "Ce serait un bel exploit d’arriver deux ans de suite à remporter le Tournoi"

Pelous: "Ce serait un bel exploit d’arriver deux ans de suite à remporter le Tournoi"

Le 03/02/2015 à 14:48

Le manager de l’équipe de France des moins de 20 ans, Fabien Pelous, espère que les nouveaux Bleuets parviendront à conserver le titre conquis en 2014 même si l’Angleterre, championne du monde, est favorite. Les jeunes Tricolores débutent leur Tournoi samedi à Gueugnon contre l’Ecosse.

Votre journal 100% numérique

Abonnez-vous dès 7.90€/mois

Exclusivité Eurosport Player : Suivez 100% du championnat !

Voir sur Eurosport

Vous avez eu six stages pour préparer le Tournoi. Sur quels points avez-vous insisté en priorité par rapport aux joueurs ?

Fabien PELOUS: En fait, on a scindé un peu les choses en travaillant sur le développement individuel sur les quatre premiers stages et depuis deux stages, on s’est concentrés sur la stratégie collective, ce qui nous permet d’avoir pu avancer sur la mise en place d’un collectif d’équipe pour aborder cette compétition.

Le groupe a totalement changé par rapport à celui de l’an dernier. Comment jugez-vous son potentiel ?

F.P: C’est compliqué. Individuellement, on sait qu’on a de beaux potentiels. Ensuite pour que ça se retranscrive sur le collectif, c’est toujours un petit peu aléatoire. L’an dernier par exemple, on avait un groupe qui individuellement était certainement un peu moins bon que celui de l’année précédente et pourtant on fait un grand Chelem, alors que l’année précédente, on n’a pas du tout "performé" sur le Tournoi. Pour valider le potentiel des équipes, il nous faut la compétition. Avant la compétition, c’est difficile de dire si collectivement on sera bons. Après individuellement, on sait qu’on a de bons joueurs et que certains vont accéder au haut niveau de manière assez aisée.

" On ne leur met aucune barrière pour qu’il y ait de la prise d’initiatives, de l’enthousiasme et de l’envie dans leur jeu"

Réussir à remporter le Tournoi pour la deuxième année consécutive est-ce envisageable et un objectif pour vous ?

F.P: Oui, c’est un objectif. A partir du moment où on est inscrit dans la compétition, c’est pour y "performer". Ça, c’est vraiment un objectif. Ensuite, dire qu’on va le faire, je l’espère, je le souhaite et on va tout faire pour en tout cas. Ce serait un bel exploit d’arriver deux années de suite à remporter le Tournoi même si dans cette catégorie d’âge, ce sont plutôt les Anglais qui dominent, même si l’an dernier on les a battus. Ça va être certainement encore un grand rendez-vous contre eux.

Sur le plan du contenu, qu’est-ce que vous attendez des joueurs ?

F.P: De la prise d’initiative. On a mis un cadre de jeu somme toute assez simple pour que justement ils puissent exprimer leur potentiel individuel. C’est ça qui nous intéresse dans ces matchs-là. Ils ont beaucoup d’enthousiasme à cet âge-là, ils ont 20 ans, ils ont de l’énergie à revendre. Et c'est cette énergie qu’on veut aussi utiliser pour l’équipe. On ne leur met aucune barrière pour que justement il y ait de la prise d’initiative, de l’enthousiasme et de l’envie dans leur jeu. Que cela se ressente aussi dans la mise en place.

Fabien Pelous, le manager de l'équipe de France -20 ans

Fabien Pelous, le manager de l'équipe de France -20 ansIcon Sport

Dans quel état d’esprit sont-ils à quelques jours du premier match ?

F.P: Pour la plupart, c’est leur premier Tournoi des Six Nations, une compétition qui est importante pour eux. Je suppose qu’ils sont un peu inquiets de ce qui peut se passer, de découvrir aussi cette compétition. Maintenant on est là (le staff) aussi pour les rassurer, pour leur dire que ce ne sont que des matchs de rugby à jouer. Ce n’est pas si différent de ce qu’ils font tous les dimanches à part que cela va un peu plus vite et que c’est un peu plus intense au niveau des contacts.

" Contre l'Ecosse, on va essayer d'imposer notre jeu "

Allez-vous vous appuyer sur la petite expérience de quelques joueurs comme Arthur Bonneval, Julien Marchand, Thomas Ramos, qui ont déjà connu le Top 14, et qui pourrait la transmettre aux autres ?

F.P: Oui et d’autres aussi. On a des joueurs comme Fabien Sanconnie qui joue régulièrement à Brive. On a aussi Eliott Roudil qui joue à La Rochelle. On a quelques joueurs qui pointent le bout de leur nez avec les équipes professionnelles. On va s’appuyer sur eux et sur tout ce qu’on peut pour gagner les matches.

Vous attaquez la compétition par la réception de l’Ecosse samedi à Gueugnon. Qu’est-ce que vous savez de cet adversaire ?

F.P: Rien du tout, comme eux ne savent rien de nous. On a changé l’équipe à 90 % et eux c’est la même chose, donc on a très peu d’informations sur ces équipes-là, qui n’ont pas joué de matchs de compétition officielle comme nous. On est un peu dans l’expectative, comme tous les ans, de savoir ce que ça peut donner. Ça ne nous pose pas de souci dans la mesure où on va essayer d’imposer notre jeu et peut-être moins se soucier de ce que fait l’adversaire.

L’Angleterre fait figure de favorite dans ce Tournoi ?

F.P: Oui, comme tous les ans. Ça fait deux ans que les Anglais sont champions du monde, qu’ils se posent comme la référence pour cette tranche d’âge. Encore une fois, ce sera l’équipe qu’il faudra aller chercher pour se jauger sur notre niveau.

L'équipe de France U20 a réussi le Grand Chelem en 2014

L'équipe de France U20 a réussi le Grand Chelem en 2014AFP

0
0