Pascal Papé (XV de France) a-t-il disputé le dernier match de sa carrière dans le Tournoi ? - Icon Sport
6 Nations

Tournoi des 6 nations - Papé, Flower of Scotland, Haimona... notre billet d'humeur

Papé, Flower of Scotland, Haimona... notre humeur du week-end
Dernière mise à jour Le 16/02/2015 à 17:10 - Publié le 16/02/2015 à 16:47
Par Clément Mazella - Le 16/02/2015 à 17:10

Le geste de Papé, les frissons de Murrayfield, les interrogations autour d'Haimona... notre billet d'humeur après la 2e journée du Tournoi des 6 nations.

L’histoire du jour

11 ans jour pour jour après ses débuts en équipe de France, Pascal Papé ne s’est pas distingué de la meilleur des manières avec le XV de France. Un geste qui n’a rien à faire sur un terrain de rugby, surtout si la blessure (fracture d’une vertèbre ?) d’Heaslip est confirmée. Le Parisien a fait part de son étonnement lorsqu’il a été exclu temporairement par Wayne Barnes. Après coup, il a cru que c’était par rapport à un jeu dangereux au niveau de la tête du numéro 8 irlandais. Sauf que son genou n’est pas arrivé involontairement dans le dos d’Heaslip. Les images sont flagrantes et Papé difficilement défendable. Cité, il risque de payer chèrement la note. Très chèrement même. Et pour lui, le Tournoi des 6 nations 2015 risque d’être terminé. Une triste fin pour celui qui confiait avant le match qu’il disputait pour la dernière fois la plus grande compétition européenne. Une sortie de route prématurée. Dans son esprit, il ne pensait pas quitter le Tournoi ainsi. Et laisser une telle image. Car Pascal Papé, c’est quand même 59 sélections et quatre victoires dans le Tournoi (dont deux grands chelems). Et un seul et unique carton jaune avec le XV de France...

Le carton jaune attribué à Pascal Papé en Irlande
Le carton jaune attribué à Pascal Papé en Irlande - Icon Sport

On a aimé

Chaque année, c’est toujours pareil. Mais comment ne pas être en extase devant le "Flower of Scotland" retentissant dans les entrailles de Murrayfield ? Un moment de communion somptueux lors de l’hymne écossais, et qui garantit des frissons incroyables lorsque celui-ci se termine a capella, dans un stade envahi par l’émotion. Rien que pour le plaisir, nous vous offrons en vidéo ce moment de grâce.

 

On n’a pas aimé

L’Italie se cherche un numéro 10. Mais pas sûr que le Néo-Zélandais Kelly Haimona soit la solution idoine. A Twickenham, sous la pression du public anglais, il a montré ses limites au plus haut niveau. C’est bien simple : il a tout raté. Pire, il a cru bon de tenter une pénalité à plus de 50m alors qu’il n’avait pas du tout la distance dans les jambes. Son ballon eut toutes les peines du monde à arriver jusqu’à la ligne des 5m anglais. En tribunes, Jacques Brunel en était totalement désabusé. On se demande même ce qui a poussé le sorcier français à faire confiance à ce joueur de 28 ans, qui évoluait en deuxième division il y a deux ans (vous voulez une stat ? il a raté dix plaquages lors des deux premiers matchs du Tournoi !). Même si le vivier italien n’est pas riche, il y a sûrement mieux que Haimona.

Kelly Haimona (Italie) a tout raté contre l'Angleterre - 14 février 2015
Kelly Haimona (Italie) a tout raté contre l'Angleterre - 14 février 2015 - Icon Sport

Les stats à retenir

0. Faut-il voir d’un bon œil la présence de l’Irlande dans la poule de la France lors du prochain Mondial ? Pas sûr, car Philippe Saint-André n’a jamais vaincu le XV du Trèfle en quatre rencontres.

8. Décidemment, le pays de Galles est bien la bête noire de l’Ecosse. Le XV du Chardon a subi sa huitième défaite de suite face au XV du Poireau, à Murrayfield dimanche (23-26). La dernière victoire écossaise face aux Gallois remonte au 10 février 2007 (21-9).

9. L’Irlande n’impressionne pas énormément d’observateurs mais force est de constater qu’elle est en train d’engranger une énorme confiance. Face au XV de France, elle a signé une neuvième victoire de rang. Les hommes des Joe Schmidt égaleraient la meilleure série de l’histoire du rugby irlandais en cas de succès le 1er mars contre l’Angleterre... la dernière équipe à avoir dompté l’Irlande (13-10 en mars 2014).

45. Soit le nombre de plaquages du troisième ligne et capitaine de l’Angleterre, Chris Robshaw, depuis le début de la compétition. De loin le meilleur.

Le capitaine anglais, Chris Robshaw - 6 février 2015
Le capitaine anglais, Chris Robshaw - 6 février 2015 - Icon Sport

La vidéo qui a marché

  

0 commentaire
Ajoutez le vôtre !
 
×