Kelly Haimona durant l'hymne italien, avant la recontre contre l'Irlande - 7 février 2015 - Icon Sport
6 Nations

Tournoi des 6 nations - Kelly Haimona, un Maori à la baguette de l'Italie

Haimona, un Maori à la baguette de l'Italie

Par AFP
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 12/02/2015 à 14:38 - Publié le 12/02/2015 à 14:37
Par AFP - Le 12/02/2015 à 14:38

Né en Nouvelle-Zélande, Kelly Haimona est l'ouvreur titulaire des Italiens durant le Tournoi des 6 nations. Reste désormais à convaincre enfin.

Le XV d'Italie, en quête vitale d'un chef d'orchestre pour son jeu, mise sur Kelly Haimona à l'ouverture, un Maori au stress positif qui découvre le Tournoi des six nations deux ans seulement après avoir quitté la deuxième division locale. "Je pense que je dois gagner ma place encore plus qu'un autre", explique-t-il en oscillant entre anglais et italien, sourire éclatant de dents cassées sous sa barbe. "Je ne suis pas italien de naissance, je dois montrer que je mérite ma place", insiste le Néo-Zélandais. "Cela me rend humble de ne pas croire que je suis admiré ni attendu".

"Très fier de jouer pour l'Italie", Haimona a appelé chez lui pour annoncer sa première sélection, en novembre contre les Samoa. "Mais il était trois heures du matin, là-bas, ils ne m'ont pas vraiment écouté", rigole-t-il. Dans la foulée, il participe à la première victoire de l'Italie après neuf défaites (24-13). "Kelly a bien fait tourner l'équipe et inspiré l'essai de Sergio" Parisse, souligne Jacques Brunel. L'entraîneur français de l'Italie choisit donc de lui confier la régie du jeu italien. Il assure lors des défaites honorables contre l'Argentine et l'Afrique du Sud à l'automne, mais vit un baptême difficile dans le Tournoi, samedi dernier face à l'Irlande (26-3).

"Compliqué" contre l'Irlande

"C'était compliqué", reconnaît Haimona, "nous n'avons pas réussi à jouer de ballons d'attaque car l'Irlande nous a vraiment mis sous pression". Le Maori de 28 ans s'en est mieux sorti au centre, après l'entrée de Tommaso Allan à l'ouverture, mais son entraîneur prône la patience. "Il n'a que quatre matches internationaux, il y a deux ans il jouait à Plaisance, en deuxième division, où le rythme n'a vraiment rien à voir. Il a franchi des paliers, confirmer c'est très compliqué, mais nous avons confiance en lui", assure Brunel.

Kelly Haimona, l'ouvreur de l'Italie
Kelly Haimona, l'ouvreur de l'Italie - Icon Sport

Haimona, énième tentative d'une Italie toujours orpheline de Diego Dominguez à l'ouverture, devrait avoir une nouvelle chance contre l'Angleterre, samedi. Né à Rotorua, dans le nord de la Nouvelle-Zélande, dans une famille de rugbymen, Haimona s'est forgé un drôle de destin en quittant son île en 2011, après avoir joué à Whakarewarewa et Bay of Plenty. Direction Plaisance puis Calvisano en 2013 où il décroche le titre national en 2014, avant de découvrir la Ligue Celtique avec les Zebre. Puis d'accéder à la sélection italienne, trois ans exactement après son arrivée.

"J'ai beaucoup de pression"

Plutôt une surprise pour ce joueur brut de décoffrage, conscient d'avoir accédé sur le tard au niveau international. "Je ne suis pas un 'fuoriclasse' (joueur d'exception), mais un travailleur"", plaide-t-il. Il reconnaît sans fard ses inquiétudes. Ainsi, il confessait avant l'Irlande se sentir "un peu nerveux". "J'aimerais penser que c'est une match normal, à 15 contre 15, mais avec plus de 60.000 personnes qui regardent, non, vraiment pas!"

Mais ce stress le pousse à s'appliquer. "Je joue mieux, cela m'aide à rester humble, concentré", explique-t-il. "Je ne serai pas nerveux sur le terrain. Sur le terrain je joue". "En Nouvelle-Zélande, nous avons une manière différente d'aborder le rugby", explique encore Haimona. "Nous jouons pour le plaisir du jeu, depuis le berceau, pas pour être payés. Tu ne gagnes pas d'argent avant le Super 15, tu joues d'abord avec tes potes, et après on va boire une bière ensemble, surtout. Toujours!" Concentré, Haimona est prêt à r"endre la confiance que (lui) a donnée l'entraîneur, car c'est un grand honneur". "J'ai beaucoup de pression, mais je ne jouerai pas au rugby si je n'aimais pas la pression, surtout celle du N.10. Le rugby, ce n'est que du plaisir".

Kelly Haimona (Italie) face à l'Irlande - février 2015
Kelly Haimona (Italie) face à l'Irlande - février 2015 - Icon Sport
0 commentaire
Ajoutez le vôtre !
 
×