Icon Sport

Tournoi des 6 nations - En Irlande, les Bleus s'attendent à une autre musique

En Irlande, les Bleus s'attendent à une autre musique

Le 10/02/2015 à 11:24

Vainqueur, dominateur mais stérile dans le jeu pour son entrée en matière dans le Tournoi, le XV de France vivra tout autre chose samedi à l'Aviva Stadium de Dublin. Face à une Irlande candidate naturelle à sa propre succession, les tricolores se savent plus que jamais dans la peau de l'outsider.

Comme l'an dernier, l'équipe de France a démarré sa compétition par une victoire chez elle. Toujours bon à prendre, même si la manière n'y était pas. "C'est toujours plus facile de travailler après une victoire. Cela amène de la confiance pour la suite", soulignais l'arrière Scott Spedding. Le spectre de la cuillère de bois écarté dans la douleur, elle est déjà tournée vers la seconde étape, et quelle étape ! Le champion en titre sur ses terres, un très gros morceau pour des Bleus aux frontières de l'indigeste dans leur jeu d'attaque samedi contre le XV de Chardon.

Sitôt le match de l'Écosse terminé, les Français ont immédiatement basculé vers le défi immense qui leur fait face. "On pense déjà au grand moment et au grand combat qui nous attend contre l'Irlande", affirmait à chaud le troisième ligne Bernard Le Roux. "On sait que c'est une grande équipe. Elle l'a encore prouvée lors des tests de novembre et pour son premier match du Tournoi en Italie. C'est costaud partout, il y a de bons joueurs, de bons entraîneurs et elle joue bien au rugby. Ce sera notre challenge de faire quelque chose à Dublin et ce sera aussi un autre type de match que contre l'Écosse". Tout porte à croire que la physionomie de la rencontre sera en effet complètement différente.

Bernard Le Roux, redoutable plaqueur - France Ecosse - 7 février 2015

Bernard Le Roux, redoutable plaqueur - France Ecosse - 7 février 2015Icon Sport

Saint-André: "La grosse différence entre l'Irlande et nous, c'est qu'ils parviennent à marquer deux essais lorsqu'ils sont à quinze contre quatorze"

Contre l'Écosse et dans son enceinte dyonisienne, la France se devait de faire le jeu. Ce qu'elle a fait, bien que mal, avec une possession de balle globale de 54 % (60 % en seconde période). Ce ne sera pas le cas à l'Aviva, où le XV du Trèfle voudra imposer son rythme et marquer son adversaire. L'équipe de France devrait ainsi plus subir et opérer en contre, avec des espaces forcément plus importants. L'ouvreur clermontois Camille Lopez en est conscient. "Ce sera un match tout à fait différent, face à une très grosse équipe. De toute façon, il n'y a que des gros matchs dans ce Tournoi. À nous de nous préparer et de corriger ce qui n'a pas été contre l'Écosse pour être plus efficace à Dublin".

Très positif lors du débriefing de l'Écosse, Philippe Saint-André avait déjà visionné la performance des Irlandais en Italie (3-26) et n'a pas manqué de faire un parallèle avec ce qu'ont pu produire ses joueurs. "La grosse différence entre l'Irlande et nous, c'est qu'ils parviennent à marquer deux essais lorsqu'ils sont à quinze contre quatorze. Les Italiens les ont aussi mis en difficulté, quelques fois en mêlée et ils les ont "breakés" aussi. Après, on peut voir que l'Irlande est une équipe en pleine confiance et très réaliste". Sur ce que montre le XV du Trèfle depuis plusieurs mois, cette liste des différences semble pour le moins non-exhaustive.

Teulet - Saint-André - Lagisquet et Bru: le staff du XV de France au complet

Teulet - Saint-André - Lagisquet et Bru: le staff du XV de France au completIcon Sport

0
0