Icon Sport

Pierre Villepreux: "Pourquoi ne pas limiter les plaquages à hauteur de taille ?"

Villepreux: "Pourquoi ne pas limiter les plaquages à hauteur de taille ?"

Le 03/02/2015 à 10:43Mis à jour Le 03/02/2015 à 11:56

L’ancien arrière et sélectionneur du XV de France animait il y a quelques jours une conférence autour de la prépondérance du physique dans le rugby moderne. Pour Rugbyrama, il évoque cette tendance lourde ainsi que le Tournoi qui débute samedi.

Votre journal 100% numérique

Abonnez-vous dès 7.90€/mois

Exclusivité Eurosport Player : Suivez 100% du championnat !

Voir sur Eurosport

Le sujet de la conférence portait sur la prépondérance du physique dans le rugby moderne. Quels sont selon vous les solutions pour s’en sortir ?

Pierre VILLEPREUX: Ça peut éventuellement passer par une modification du règlement: pourquoi ne pas limiter les placages à hauteur de taille ? Ça pourrait permettre de libérer les bras des joueurs pour effectuer des passes. C’est une piste. Mais il y a aussi des règles qui existent et qui ne sont appliquées notamment dans les rucks. Il faut aussi une volonté des équipes d’aller vers un rugby avec moins de percussions et d’impacts: parfois on cherche à multiplier les temps de jeu pour laisser croire qu’on joue bien au rugby.

Les entraîneurs français sont-ils formés pour ça ?

P.V: Oui ils devraient l’être car ils sont tous diplômés mais ils sont dans un contexte où il y a l’exigence de résultats immédiats et ce n’est pas forcement porteur pour se libérer dans un jeu qui est considéré à risque alors qu’il ne l’est pas.

" Le Top 14 s’est bien modifié: les équipes proposent un rugby moins restrictif qu’avant"

Comment déverrouiller le jeu ?

P.V: Sur imitation de ce qui se passe ailleurs et en voyant que les équipes qui gagnent jouent un bon rugby, ça influe sur le comportement des joueurs et des entraîneurs. A ce titre le Top 14 s’est bien modifié: les équipes proposent un rugby moins restrictif qu’avant. Le jeu est moins axé sur l’occupation du terrain. Il y a aujourd’hui la volonté de mettre en place un volume d’action plus important pendant 80 minutes.

A quelques jours de l’ouverture du Tournoi que vous inspire l’Ecosse, premier adversaire de la France ?

P.V: Si l’on se réfère aux valeurs traditionnelles du rugby écossais et du peu de résultat qu’ils ont depuis plusieurs années, il n’y a pas photo entre les deux équipes. Les Ecossais ne vont pas modifier leur façon de jouer, ils vont venir au Stade de France en mettant du volume au jeu, il faudra être capable d’y répondre et voir si la France peut s’aligner ou si elle se contente d’essayer de les bouger parce que physiquement on sera supérieur. L’Ecosse n’a pas de gros moyens physiques mais c’est une équipe qui jouera bien au rugby, comme les clubs d'Édimbourg et de Glasgow.

" Est-ce que les Bleus sont capables durant 80 minutes d’être la hauteur de ce que doit être le jeu moderne aujourd’hui ?"

Quid de l’équipe de France ?

P.V: Le dernier match de la Tournée d’automne contre l’Argentine (défaites 18-13 NDLR), n’a pas été convaincant. Sur les autres rencontres (victoires contre les Fidji et l’Australie NDLR) il y a eu du bon et du mauvais. Donc est-ce que les Bleus sont capables durant 80 minutes d’être la hauteur de ce que doit être le jeu moderne aujourd’hui ? Je l’espère mais je n’en sais rien.

0
0