Icon Sport

Patrice Lagisquet: "Mermoz a plus tendance à afficher des états d'âme lorsqu'il n'est pas titulaire"

Lagisquet: "Mermoz a plus tendance à afficher des états d'âme lorsqu'il n'est pas titulaire"

Mis à jourLe 15/01/2015 à 17:00

Publiéle 15/01/2015 à 16:59

Mis à jourLe 15/01/2015 à 17:00

Publiéle 15/01/2015 à 16:59

Article de Anthony Tallieu

De la tournée d'automne avec le XV de France, Maxime Mermoz n'a pas été retenu par Philippe Saint-André pour le Tournoi des 6 nations malgré des prestations de haute volée avec son club. Il s'agirait bien plus d'une question d'attitude que de niveau pour le centre toulonnais.

"Des joueurs en forme ne sont pas dans cette liste". Difficile de ne pas penser au cas Maxime Mermoz en entendant cette phrase du sélectionneur national, Philippe Saint-André, en marge de l'annonce du groupe France pour le prochain Tournoi des 6 nations. Avec le RCT, l'ancien Perpignanais crève l'écran et enchaîne match après match les grandes performances. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard s'il a pris part cette saison à 14 rencontres sur 16 en Top 14, dont 13 en tant que titulaire, et truste régulièrement une place dans les équipes-types de notre championnat.

Lagisquet: "Je trouve qu'il s'ouvre de plus en plus"

Pas suffisant néanmoins pour trouver grâce aux yeux de PSA, qui lui a préféré le Castrais Rémi Lamerat : "Il n'y a pas de problème particulier avec Maxime", se défend le patron des Bleus. "L'an dernier, on le prenait alors qu'il avait peu de temps de jeu. Là, on a préféré Rémi. On pense qu'il peut nous apporter quelque chose de plus dans sa puissance et sa qualité technique, même si Maxime fait des matchs de qualité avec le RCT" .

Le centre Maxime Mermoz lors de France Argentine - 22 novembre 2014
Le centre Maxime Mermoz lors de France Argentine - 22 novembre 2014 - Icon Sport

Il ne suffit pourtant pas de creuser bien loin auprès du staff des Bleus pour trouver l'origine du problème. Mermoz est conscient de ce qu'il peut réaliser en club et comprendrait assez mal de jouer les seconds couteaux en sélection : "Maxime a plus tendance à afficher des états d'âme lorsqu'il n'a pas un statut de titulaire", reconnaît l'entraîneur des arrières Patrice Lagisquet. "Même si je trouve qu'il s'ouvre de plus en plus à ce niveau-là dans la vie du groupe, il vit plus difficilement ce genre de situation, c'est clair" . Un argument utilisé par le sélectionneur de l'équipe de France de football Didier Deschamps au moment d'expliquer son choix d'écarter Samir Nasri lors de la dernière Coupe du monde.

Lagisquet: "Certains vivent mieux que d'autres leur situation et cela fait partie des critères de sélection"

Une raison humaine bien plus que sportive, concernant un joueur étincelant avec le RCT mais qui cachait assez mal sa frustration d'être régulièrement parmi les sept recalés du groupe des 30 lors du dernier Tournoi des 6 nations. Des "états d'âme" que n'afficherait pas publiquement Lamerat : "Rémi, comme Sofiane (Guitoune), vivent bien dans le groupe quel que soit leur statut. Il est important que les joueurs, quel que soit celui-ci dans l'équipe, soient de bons participants dans la vie du groupe et cherchent toujours à apporter quelque chose. C'est largement vrai en équipe de France. Certains vivent mieux que d'autres leur situation et cela fait partie des critères de sélection" .

Privé de début de Tournoi, Maxime Mermoz risque également de payer au prix fort son ambition jusqu'au Mondial anglais. Philippe Saint-André l'a répété ce jeudi, l'état d'esprit collectif et la vie de groupe guidera ses choix au moment de coucher sur le papier la liste fatidique : "C'est très important pour nous ! On ne prépare pas un événement de cinq jours. Une Coupe du monde, c'est quatre mois de vie commune, deux mois et demi de préparation et on a besoin de personnes fortes dans leur tête" . Mermoz, lui, devrait continuer à être très fort... sur les terrains de Top 14 et de Champions Cup.

Maxime Mermoz - Toulon Racing Metro - 23 août 2014
Maxime Mermoz - Toulon Racing Metro - 23 août 2014 - Icon Sport
0 commentaire
Vous lisez :