Panoramic

Irlande-France (18-11), les notes - Maestri énorme, Papé et Chouly à la faute

Bulletin de notes: Maestri énorme, Papé et Chouly à la faute

Mis à jourLe 15/02/2015 à 16:44

Publiéle 15/02/2015 à 16:29

Mis à jourLe 15/02/2015 à 16:44

Publiéle 15/02/2015 à 16:29

Article de Clément Mazella
Dans cet article

Yoann Maestri a été l'un des rares titulaires à se mettre en évidence en Irlande. Au contraire de Chouly, Papé ainsi que de la charnière. Nos notes.

Ils ont brillé

On a retrouvé du très grand Yoann Maestri. Le deuxième ligne tricolore a excellé dans le travail de l’ombre, étant l’un des rares à imposer sa masse dans les zones de ruck pour contrer la malice des Irlandais. 15/15 au plaquage et meilleur preneur de balles en touche (4). Un guerrier indispensable. L’autre titulaire à se mettre en évidence, ce fut Mathieu Bastareaud. Alors certes son jeu n’est pas flamboyant mais il applique à la règle ce que lui demande le staff tricolore. Peu de passes mais le centre toulonnais a fait très mal à la défense irlandaise, contrainte de mettre deux voire trois éléments sur lui pour le stopper. Français le plus sollicité (11 courses), il a éliminé deux défenseurs. Pour le style, on repassera. Les autres satisfactions, elles viennent du banc. Les piliers Uini Atonio et Vincent Debaty ont sorti le XV de France de la naphtaline. Une puissance qui a énormément pesé. Neuf courses en 30 minutes pour Debaty qui a eu des trajectoires intéressantes et tranchantes (19m gagnés). Rémi Lamerat, lui, a gagné énormément de crédit avec une prestation de grande qualité: 21m parcourus en six courses, trois défenseurs battus et le seul franchissement du match.  A noter aussi le pep’s apporté par Romain Taofifenua et Morgan Parra.

Mathieu Bastareaud. Irlande-France, 14 février 2015
Mathieu Bastareaud. Irlande-France, 14 février 2015 - Icon Sport

Ils ont été au niveau

Pour sa première titularisation en Bleu, Eddy Ben Arous a été époustouflant lors de l’entame, grattant deux ballons au sol. Précieux en défense (5), il a baissé de pied, étant pénalisé deux fois et perdant un ballon. A revoir tout de même. Toujours aussi actif, Bernard Le Roux a plaqué à tour de bras (15), même si trois échecs sont à noter. Deux défenseurs battus... mais deux ballons perdus. Doit gagner en constance. Une petite demi-heure de présence pour Teddy Thomas, dangereux en attaque mais médiocre en défense (2/4 au plaquage). Sur son aile, Yoann Huget a comme toujours essayé (neuf courses, 23m gagnés, un défenseur battu, deux offloads) mais ses retours intérieurs systématiques étaient trop facilement lisibles pour la défense adverse. Placé à l’aile gauche après la sortie de Thomas, Wesley Fofana n’a pas eu beaucoup d’opportunités de s’illustrer. Une prestation sans éclat mais sans erreur. Lors de sa rentrée, Benjamin Kayser a été intéressant en termes de mobilité et puissance mais perd d’entrée son premier lancer en touche. Véritable couteau suisse, utilisé au centre ou à l’arrière, Rémi Tales s’en est plutôt bien sorti. Deux défenseurs battus et 40m ballon en mains.

Ils ont déçu

Son manque de puissance pour un numéro 8 est signalé depuis longtemps. Mais face à l’Irlande, Damien Chouly est passé totalement à côté. Dominé à plusieurs reprises sur les renvois de Sexton, le Clermontois a coûté quatre pénalités, dont un hors-jeu stupide sur une touche. A ce niveau, ce n’est pas normal. Autre joueur indiscipliné: Pascal Papé. Comment un élément de son expérience peut aller mettre un coup de genou dans le dos d’un adversaire ? Impardonnable. Et nul doute que la commission de discipline de World Rugby va le suspendre. Décevant contre l’Ecosse, on attendait une réaction de Rabah Slimani. Un léger mieux en mêlée (même si pénalisé une fois) mais un rendement trop léger (3/4 au plaquage, deux petites courses). Son compère en première ligne, Guilhem Guirado, a rendu une copie à mille lieux de celle de l’Ecosse. Pénalisé pour un hors-jeu, il s’est contenté de défendre (8/10) et ne s’est jamais proposé dans le jeu courant, pour une ligne de stats bien vierge. En troisième ligne, il faut se poser la question sur l’utilité d’aligner ensemble Dusautoir et Le Roux, au profil similaire. Le capitaine tricolore, Thierry Dusautoir, a souffert pendant une heure avant de hausser son niveau de jeu mais son match a été trop terne pour un joueur de son envergure. La charnière Rory Kockott-Camille Lopez a également déçu, ne pesant jamais sur les débats. Des choix douteux, des passes mal ajustées et un jeu au pied pas au niveau. On se rend compte de l’absence de vécu commun entre les deux joueurs. Enfin, Scott Spedding a enchaîné avec une seconde prestation médiocre, s’avouant limité au niveau de ses relances et de son apport au jeu offensif.

Damien Chouly (XV de France) a totalement raté son match en Irlande - 14 février 2015
Damien Chouly (XV de France) a totalement raté son match en Irlande - 14 février 2015 - Icon Sport

Côté Irlandais

Trois mois d'absence en raison de K.O à répétition et un retour incroyable pour Jonathan Sexton. Le joueur du Racing a effectué un récital de jeu au pied en première période, faisant cavaler les Bleus. Auteur d'un sans-faute face aux poteaux. Et lors des duels en un contre un, il ne s'est jamais échappé, notamment face à Mathieu Bastareaud. Si Rory Best et Mike Ross ont évolué un ton en dessous. Énorme activité pour Paul O'Connell dans le rucks et en défense, de Devin Toner en touche (trois prises) et de Peter O'Mahony. A l'arrière, Rob Kearney a étalé toute sa classe en attaque, avec quatre défenseurs battus mais s'est trouvé en défense. Belle activité aussi de Robbie Henshaw (16 plaquages).

0 commentaire
Vous lisez :