AFP

Défense, mêlée, rucks: Ces 3 secteurs que les Bleus travaillent en priorité en vue de l'Irlande

Défense, mêlée, rucks: Ces 3 secteurs que les Bleus travaillent en priorité en vue de l'Irlande

Le 13/02/2016 à 13:36

TOURNOI DES 6 NATIONS - La première copie de l'ère Novès a laissé une impression de "peut mieux faire" sur plusieurs points. Le staff tricolore a identifié trois secteurs à corriger d'urgence pour cette semaine préparation de l'Irlande. Voici le programme.

Ni dithyrambique, ni absolument négatif, le premier débriefing de Guy Novès à la tête du XV de France a été le reflet de la prestation de ses troupes. Tout en tenant compte du besoin de vécu commun de cette équipe en totale reconstruction, le staff tricolore n'a pas fait dans l'angélisme: "Il est d'abord revenu sur l'état d'esprit car c'est ça qu'on voulait mettre en avant et on voulait avoir un groupe très solidaire là-dessus", raconte le pilier Eddy Ben Arous. "Il a aussi insisté sur l'aspect tactique. Il y a eu des défauts parce qu'on n'avait pas de match sur lequel se référer. On en a un maintenant et on peut se baser dessus pour travailler".

Avec son lot d'imperfections et ce sentiment tenace d'avoir subi dans le combat et les duels: "Les coachs nous ont dit qu'on n'y était pas sur les bases par moments", enchérit Paul Jedrasiak. "Il y a eu des bonnes choses qu'il faut reproduire mais aussi faire attention à certains secteurs de jeu où nous avons été défaillants, comme les rucks et qu'il faudra impérativement gommer face à l'Irlande".

Eddy Ben Arous (XV de France) - 9 février 2016

Eddy Ben Arous (XV de France) - 9 février 2016Icon Sport

En tête de liste, la solidité défensive. Les Bleus ne pourront pas se permettre les mêmes largesses samedi face à un double champion d'Europe en titre rodé et sûr de son jeu. C'est dans cette optique qu'ont été entièrement consacrés les séances d'entraînement de mardi, où l'accent était placé sur les montées défensives et les replacements.

Corriger le "manque d'agressivité et d'envie de faire mal"

En parallèle à l'animation défensive, les Bleus ont été sensibilisés sur la nécessité d'être plus présents dans le combat. Sur ce point, et tout particulièrement dans les rucks, les joueurs ont conscience qu'ils doivent faire bien plus: "Nous étions un peu perdus sur les positions à tenir", reconnaît Ben Arous. "Il y a eu aussi un petit manque d'agressivité et d'envie de vouloir faire mal aux Italiens. On a bossé dans la semaine pour corriger le tir et être plus efficaces et performants samedi". Presque un impératif face à un XV du Trèfle qui a fait de son fighting spirit sa marque de fabrique.

Yannick Bru et Jeff Dubois (XV de France) - 9 février 2016

Yannick Bru et Jeff Dubois (XV de France) - 9 février 2016Icon Sport

Reste enfin la mêlée, secteur historiquement fort du XV de France et que le pack italien a su bousculer. À chaud, l'entraîneur des avants Yannick Bru avait admis des faiblesses tout en réaffirmant son ambition de maintenir la mêlée française, "ancrée dans son cœur", dans le gotha mondial. Directement impliquée, la première ligne tricolore doit réagir chez elle face aux partenaires de Rory Best: "On ne s'est pas entendu lors du premier match", concède Ben Arous. "On n'a pas assez communiqué pour les mettre à défaut, on a travaillé de façon individuelle et cela nous a fait basculer sur un côté négatif. On a donc bossé ce point pour l'améliorer en vue de ce match contre l'Irlande".

Défense, rucks, mêlée, le triptyque défini comme fil rouge de cette semaine de travail des Bleus.

Jules Plisson (XV de France) - 9 février 2016

Jules Plisson (XV de France) - 9 février 2016AFP

0
0